• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Deux premiers manteaux d'hiver isolés à l'asclépiade d'ici sont lancés 

Deux premiers manteaux d'hiver isolés à l'asclépiade d'ici sont lancés

La compagnie Quartz Co. vient de lancer deux...

Agrandir

La compagnie Quartz Co. vient de lancer deux premiers modèles de manteaux d'hiver isolés à 100 % à l'asclépiade.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Autrefois considérée comme une mauvaise herbe, l'asclépiade est sur le point de devenir une ressource importante en matière d'isolation. Quartz Co. vient de terminer la confection des deux premiers modèles de manteaux d'hiver isolés à 100 % de source végétale et s'apprête à en faire la commercialisation en collaboration avec Altitude sports.

L'entreprise mascoutaine a développé ces premiers prototypes de manteaux (un pour les hommes et un pour les femmes) et en a confié la production à une petite entreprise de Victoriaville. Les premiers essais effectués sont particulièrement concluants.

«C'est une fibre qui est légère et qui emmagasine bien la chaleur, ce qui nous permet de concevoir des manteaux à la fois chauds et qui sont près du corps», explique le directeur général de Quartz Co., Jean-Philippe Robert.

Est-ce que l'asclépiade se révèle un meilleur achat que le duvet ou l'isolant synthétique? «On peut dire que c'est comparable. C'est propre à chacun et ça dépend de plusieurs facteurs, dont comment le manteau bouge», poursuit-il.

C'est la première fois que cette plante qu'on appelle la «soie d'Amérique» est utilisée dans le domaine du vêtement. On affectionne particulièrement le fait que le contenu de la matière isolante soit 100 % naturel et que cette façon de faire permette la valorisation de terres agricoles québécoises qui ne seraient pas utilisées par d'autres cultures.

«Les champs d'asclépiade sont le principal refuge et la principale source de nourriture du papillon monarque. Ils permettent sa préservation. Il y a une demande pour ce type de produits écologiques sur le marché. Il offre un grand potentiel», estime M. Robert, qui entrevoit élargir l'offre de manteaux conçus à partir d'asclépiade dès l'hiver prochain si le contexte le permet.

«L'isolant que contiennent les manteaux est le fruit de plusieurs années de recherche.»


Parmi les éléments contextuels qui devront être pris en compte, il y a l'industrialisation de la fabrication d'isolant à l'asclépiade. La Coopérative Monark a effectué un travail de moine au cours des dernières années afin d'extraire la fibre et de la transformer. On devra toutefois en accélérer la production afin d'espérer produire à grande échelle.

«L'isolant que contiennent les manteaux lancés aujourd'hui est le fruit de plusieurs années de recherche et développement sur la fibre d'asclépiade», mentionne Nathalie Morier, directrice générale de Monark.

Quarts Co. a annoncé la mise en marché d'une édition limitée de manteaux isolés à l'asclépiade à travers le Canada. Ces deux premiers modèles se détaillent environ 800 $ pièce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer