Une expansion en vue pour la Brasserie du Lion d'or

Les propriétaires de la Brasserie du Lion d'or... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Les propriétaires de la Brasserie du Lion d'or veulent conserver l'actuel microbrasserie de la rue Collège afin de continuer à approvisionner le pub adjacent qu'ils ont mis en vente.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) C'est pour pouvoir se consacrer entièrement au projet d'expansion de leur microbrasserie que les propriétaires du Lion d'or ont décidé de mettre en vente le pub du même nom, situé au coin des rues College et Queen, dans l'arrondissement de Lennoxville.

Les trois propriétaires de l'établissement, les frères Steven, Kevin et Stanley Groves, ont en effet l'intention de donner un nouveau souffle à la Brasserie Le Lion d'or qu'ils ont fondée en 1986. Parmi leurs projets, les frères Groves travaillent actuellement à la conception et à la construction d'une nouvelle microbrasserie, plus spacieuse et plus moderne, que celle située au côté du pub Le Lion d'or.

«Si nous avons décidé de vendre le pub, ce n'est pas parce que ce n'est pas payant, précise Stanley Groves. Au contraire, on vend parce que la business est bonne. Sauf que les projets que nous avons pour la brasserie exigent tellement de travail, tellement d'heures, qu'on ne peut plus vraiment s'occuper du pub comme avant», explique-t-il.

Fondé en 1973 par trois professeurs de l'Université Bishop's, George Groves (le père des propriétaires actuels), Robert Barnett et David Seale, le pub du Lion d'or est en vente depuis quelques semaines par l'intermédiaire de la firme de courtage Sotheby's. Le prix demandé est de 1,595 M $.

Stanley Groves confirme que seul le pub est à vendre. La microbrasserie adjacente au pub, fondée en 1986, demeurera entre les mains des frères Groves.

«On conserve la microbrasserie parce qu'on veut continuer à vendre notre bière au pub, précise M. Groves. On espère que l'acheteur va continuer à acheter notre bière. Ça serait logique que le pub reste notre client numéro un.»

Meilleure gestion

Selon Stanley Groves, le fait de construire une nouvelle microbrasserie permettra du même coup à la Brasserie du Lion d'ors de mieux gérer sa production, évaluée à un peu moins de 1000 hectolitres par année.

«C'est qui est difficile actuellement, c'est de gérer combien de bière on doit produire en bouteilles et combien on doit en produire en fut, dit-il. Lorsque nos clients du pub manquent de Lion's Pride alors qu'il y en a en bouteilles dans les dépanneurs, je peux vous dire que je me le fais dire assez vite...», fait-il remarquer. «C'est pour ça qu'on veut avoir deux emplacements. Cela va aussi nous permettre de stabiliser notre production. Actuellement, notre production est un peu trop soumise aux exigences de mère Nature. Avec de l'équipement neuf, on n'aura pas ce problème.»

Pour ce qui est de l'emplacement de la future microbrasserie, Stanley Groves préfère ne pas s'avancer pour l'instant.

«Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'on va rester dans les Cantons de l'Est, ça c'est certain. Idéalement, on veut rester à Sherbrooke, mais il est encore trop tôt pour vous dire où on va s'installer exactement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer