• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Camping à Venise : Magog rencontrera les deux promoteurs 

Camping à Venise : Magog rencontrera les deux promoteurs

La Ville de Magog et les promoteurs du projet de camping au Club de golf Venise... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Ville de Magog et les promoteurs du projet de camping au Club de golf Venise ont toujours l'intention de se rencontrer afin de vérifier s'ils peuvent continuer à travailler ensemble.

L'un des deux promoteurs, André Laplante, indique qu'une rencontre se tiendra à court terme. La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, ainsi qu'un ou des représentants du service d'urbanisme de la municipalité participeront à la rencontre.

« De notre côté, on a toujours de l'intérêt à aller de l'avant, assure M. Laplante. On sent de l'ouverture de la part de la Ville, mais on verra ce qu'elle nous demandera. »

Rappelons que la Ville de Magog ne pouvait autoriser le projet de terrain de camping de luxe sans d'abord organiser un référendum, ceci parce qu'un nombre suffisamment élevé de personnes ont signé le registre ouvert le 15 août dernier. La municipalité a préféré ne pas consulter la population parce qu'elle jugeait la situation sans issue.

Si les discussions avec la municipalité risquent d'être déterminantes, André Laplante envisage déjà l'organisation de rencontres avec des opposants au projet qu'il a élaboré avec son partenaire d'affaires, Jean-Yves Godère.

« Je pense que des gens ont été de mauvaise foi par rapport à ce qu'on proposait, lance M. Laplante. Malgré tout, on ira peut-être à la rencontre de citoyens qui ont dénoncé des aspects de notre proposition. On aimerait mieux comprendre leur position. »

De toute évidence, les deux partenaires d'affaires aimeraient beaucoup pouvoir concrétiser leur projet en sol magogois. « Magog est un lieu vendeur chez les gens qui ont des motorisés. Ce qui est intéressant en plus, c'est que cette ville n'est pas trop loin de Montréal et tout près des États-Unis. »

Sans dévoiler aucun nom, André Laplante indique qu'une autre municipalité est prête à recevoir le projet. « Il faudra que les gens de Magog soient compréhensifs, sinon on ira ailleurs », prévient-il.

Les deux promoteurs souhaitaient que leur camping soit suffisamment grand pour recevoir jusqu'à 400 véhicules récréatifs. M. Laplante préfère ne pas s'avancer lorsqu'on lui demande si ce chiffre pourrait être revu à la baisse.

Quoi qu'il en soit, la mairesse de Magog se montre déterminée à sauver la mise. Elle considère possible de trouver des solutions qui permettront aux deux promoteurs de rassurer plusieurs des opposants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer