• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > L'ancienne CS Brooks change de mains: la Ville prête à collaborer 

L'ancienne CS Brooks change de mains: la Ville prête à collaborer

L'ancienne usine de la compagnie CS Brooks à... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

L'ancienne usine de la compagnie CS Brooks à Magog est passée aux mains de l'homme d'affaires Patrick Salvail, qui posséderait des connaissances en matière de décontamination de terrain.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) L'ancienne usine de la compagnie CS Brooks à Magog est passée aux mains de l'homme d'affaires Patrick Salvail. Souhaitant le recyclage de ce large bâtiment industriel, la Ville de Magog est prête à collaborer avec l'entrepreneur, mais on ignore pour le moment quels sont ses plans exactement.

« On veut donner un coup de main pour que ce secteur de la ville soit relancé, affirme la mairesse de Magog, Vicki May Hamm. On cherche des gens avec une vision et un projet d'avenir. »

Mme Hamm rappelle que sa municipalité souhaite l'implantation d'entreprises provenant du secteur des technologies de l'information et des communications à l'intérieur du complexe industriel.

« On aimerait aussi voir du récréatif et de l'hébergement à cet endroit, ajoute-t-elle. Redonner l'accès à la rivière Magog, dans ce secteur, fait par surcroît partie de ce qu'on désire. On va pousser pour que tout ça se concrétise. »

Rappelons que le bâtiment, dans lequel des centaines de personnes ont déjà travaillé, est situé au coeur du quartier des Tisserands. Installée dans l'ancienne église Sainte-Marguerite-Marie, la bibliothèque municipale de la Ville se trouve à deux pas.

Vicki May Hamm se propose de réunir tous les intervenants pouvant contribuer à l'évolution du dossier. « Ça permettrait de se concerter. Donner une nouvelle vocation à ce lieu est un très gros projet. »

À ce sujet, il semble que l'ancien propriétaire du bâtiment permettait l'entreposage de biens divers à l'intérieur de celui-ci. La Ville de Magog en aurait été informée et pourrait intervenir rapidement si cette pratique se poursuivait, cela parce qu'elle contrevient au zonage en vigueur dans le secteur.

La Tribune a tenté à quelques reprises de contacter Patrick Salvail au cours de la journée de mercredi, mais il n'a pas été possible de le joindre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer