Coaticook : une occasion d'affaires à saisir

La propriétaire du comptoir laitier La Diperie, Maude... (La Tribune, Eve Bonin)

Agrandir

La propriétaire du comptoir laitier La Diperie, Maude Brodeur, se réjouit de l'obtention du statut de zone touristique à Coaticook.

La Tribune, Eve Bonin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) Les réactions sont variées parmi les commerçants du centre-ville de Coaticook suite à l'annonce de l'obtention du statut de zone touristique. Si tous n'ont pas l'intention de profiter des avantages de ce nouveau statut en prolongeant leurs heures d'ouverture, plusieurs considèrent toutefois qu'il y a là une occasion à saisir pour la communauté d'affaires.

La propriétaire de la boutique Accent Chaussures, Josiane Cameron, fait partie des commerçants qui réclamaient le statut de zone touristique auprès de la Ville pour pouvoir accueillir les nombreux visiteurs attirés par Foresta Lumina. « Je me promenais sur la rue Child le soir et je me rendais bien compte que les gens étaient insatisfaits parce que les commerces étaient fermés. Je suis convaincue que les touristes n'attendaient que ça pour pouvoir passer un certain temps en ville. »

Les heures d'ouverture de sa boutique ont été prolongées dès l'annonce faite par la Ville plus tôt cette semaine. « Les employés étaient avisés que dès qu'on obtenait la zone touristique, les horaires changeraient. »

Son voisin Nico Do, propriétaire du restaurant Doko, croit qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour les commerçants de la rue principale, abondamment fréquentée en soirée. « Comparé à l'an dernier où il n'y avait pas la navette pour Foresta Lumina, avec le stationnement juste derrière la rue Child, on voit déjà beaucoup plus de gens au centre-ville. »

Gérante au comptoir laitier de la Laiterie de Coaticook, ouvert jusqu'à 23 h et minuit en haute saison, Amélie Sicard-Dequoy témoigne elle aussi de l'abondance de clients dans les dernières heures du jour. « Je pense que c'est une très bonne chose. Quand les gens viennent acheter une crème glacée ici, ils cherchent un peu quoi faire après. Il y a une clientèle pour ça. »

Elle est d'avis que la communauté d'affaires profitera des possibilités offertes par le nouveau statut de zone touristique. « D'habitude à Coaticook c'est assez proactif, les commerçants veulent attirer les gens dans le centre-ville. »

La balle dans le camp des commerçants

Maude Brodeur, propriétaire du comptoir laitier La Diperie, salue cette nouvelle avec enthousiasme. « Je trouvais que c'était une lacune, je viens de Magog et je suis habituée à la mentalité de ville

touristique. Les gens viennent marcher au centre-ville, mais ce n'est pas très excitant quand tous les commerces sont fermés à part quelques restaurants. »

Elle considère que la balle est maintenant dans le camp des commerçants. « Nous on est déjà ouverts tard le soir. Je comprends la réalité de mes voisins de rue qui doivent évaluer si ça vaut la peine d'ajouter un employé pour allonger les heures d'ouverture. Parfois, les commerces ne sont pas ouverts parce qu'il n'y a pas de clients, et il n'y a pas de clients parce que les commerces ne sont pas ouverts. Il faut qu'un des deux fasse le premier pas. »

« Ça peut prendre un certain temps pour qu'on voie les bénéfices, mais c'est de cette façon-là qu'on va faire vivre le centre-ville de Coaticook à mon avis. C'est dans les actions de tout le monde que cette nouvelle va changer quelque chose. C'est la première barrière qu'il fallait faire tomber, il reste beaucoup de travail à faire. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer