Les Industries Touch ont été vendues

Les installations des Industries Touch sont situées sur... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Les installations des Industries Touch sont situées sur la rue Lesage à Sherbrooke.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une des entreprises sherbrookoises de longue date a été vendue au cours des derniers jours. Gervais Morier, président des Industries Touch, a annoncé à ses employés qu'il avait vendu son entreprise à la compagnie Polar Pak.

Gervais Morier... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Gervais Morier

Photo tirée de Facebook

M. Morier dit avoir réalisé un rêve avec cette vente effective depuis mardi. Il avait décidé de vendre la compagnie il y a un an. Les discussions avaient débuté le printemps dernier.

«Et moi, je vais prendre ma retraite le 31 décembre cette année ou avant», souligne-t-il.

«Je voudrais remercier tous ceux qui m'ont soutenue au cours des 29 ans: les employés, mes conseillers, mes amis et surtout mes enfants. »

M. Morier n'a pas précisé le prix de la vente.

Polar Pak est entreprise basée à Saint-Laurent. Comme Touch, elle oeuvre aussi dans les produits à usage unique comme les ustensiles, les assiettes et les verres, indique son site internet.

L'entreprise Les Industries Touch distribue des produits à utilisation unique adaptés à l'industrie alimentaire, aux secteurs médical et dentaire, ainsi qu'à la vente de détail : allumettes, cure-dents, gants, pailles, coutellerie, verres, etc.

Ses installations sont situées sur la rue Lesage dans le parc industriel de Sherbrooke. Elle donne du travail à une quarantaine de personnes.

«Pour le moment, les opérations se poursuivent comme avant. Moi aussi je reste en poste», affirme-t-il.

C'est en 1986 qu'il avait acquis l'entreprise L. Tanguay sur la 9e Avenue dans l'est de Sherbrooke. Le nom de l'entreprise a changé pour Les Industries Touch, un nom qui se dit aussi bien en français qu'en anglais, explique-t-il à La Tribune.

Moments difficiles

L'homme d'affaires sherbrookois Gervais Morier reconnaît avoir vécu des moments difficiles au cours de sa carrière, mais qu'il a su «passer à travers».

«Je suis fier de Touch» et de ses gens qui en ont fait ce qu'elle est devenue, ajoute celui qu'on surnommait le «vendeur de cure-dents»., écrit-il sur sa page Facebook.

Au cours des dernières années, M. Morier s'est impliqué personnel auprès de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue.

L'un des moments marquants de son aventure a eu lieu lorsqu'il a décidé de faire fabriquer ses produits en chine. «C'était en 1993. Nous étions dans les premiers à faire ça», se souvient-il.

«Nous produisions la marchandise, mais nous n'étions pas compétitifs. En se tournant vers la Chine, ça nous a permis de grossir.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer