• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Feu au Provigo sur Galt: trop tôt pour parler de réouverture, dit Loblaws 

Feu au Provigo sur Galt: trop tôt pour parler de réouverture, dit Loblaws

Loblaws estime qu'il est encore trop tôt pour... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Loblaws estime qu'il est encore trop tôt pour parler d'une réouverture de l'épicerie Provigo de la rue Galt Ouest, qui a été la proie des flammes dans la nuit du 17 au 18 juillet.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Loblaws n'est toujours pas en mesure de se prononcer sur le sort qui attend l'épicerie Provigo de la rue Galt Ouest à la suite de l'incendie survenu dans la nuit du 17 au 18 juillet.

Compte tenu de l'étendue des dommages et des analyses en cours, Loblaws estime qu'il est « encore trop tôt pour spéculer (sic) quant à une éventuelle réouverture du magasin », indique dans un courriel sa porte-parole Johanne

Héroux. « Les dommages étant très étendus, la situation continue à être évaluée par les différents intervenants au dossier », ajoute Mme Héroux.

Vendredi midi lors du passage de La Tribune dans l'épicerie, plusieurs ouvriers s'affairaient à vider les tablettes de produits non périssables et à les transférer dans une remorque stationnée devant la porte de réception des marchandises.

La propriétaire du commerce, Liette Fauteux, n'était pas disponible pour une entrevue.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre sur place, les différentes compagnies d'assurance impliquées dans le dossier ont entrepris leur analyse dès le lendemain du sinistre et seraient sur le point de statuer sur l'étendue des dédommagements à accorder. Au lendemain de l'incendie, les pompiers avaient évalué les dommages à plus de deux millions $.

Pour ce qui est des employés, Loblaws indique qu'elle s'assure que ceux-ci soient « bien traités » en attendant qu'une décision soit prise sur l'avenir du commerce.

« Nous sommes à voir quel type de compensation il nous sera possible d'offrir à nos employés. Nous veillerons à ce qu'ils soient bien traités et bien accompagnés durant la période de transition », poursuit Johanne Héroux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer