• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Lumière sur les frais imposés par les conseillers en placements 

Lumière sur les frais imposés par les conseillers en placements

La réforme MRCC2, qui exige une divulgation transparente des frais imposés par... (Photo archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Photo archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La réforme MRCC2, qui exige une divulgation transparente des frais imposés par les conseillers en placements, entre en vigueur vendredi.

Un changement nécessaire, car si la plupart des Canadiens (89 %) estiment bien connaître leurs placements, ils sont nombreux à ne pas être au courant des frais qu'ils paient pour investir, révèle le sondage de Fonds d'investissement Tangerine.

Ce manque de connaissance au sujet des frais associés aux placements explique sans doute pourquoi les Canadiens paient des frais de fonds communs de placement parmi les plus élevés au monde, et également pourquoi les organismes de réglementation du secteur ont décidé de mettre en oeuvre progressivement, au cours des trois dernières années, une série de réformes appelée Modèle de relation client-conseiller, Phase 2 (MRCC2), conçue pour améliorer la transparence et la présentation de l'information dans le secteur.

Ce sondage révèle que 36 % affirment ne payer aucuns frais et 11 % ne savent pas s'ils en paient ou non. En limitant le sondage uniquement aux 67 % d'investisseurs qui recourent à un conseiller financier, on constate que 24 % des personnes interrogées déclarent ne payer ni frais ni commissions pour les services de leur conseiller et 13 % ne savent pas s'ils en paient ou non. D'autre part, lorsque les personnes au courant des frais associés aux services de leur conseiller ont été interrogées sur leur compréhension du barème de frais, près de 40 % ont répondu le comprendre « pas très bien » ou « pas du tout ».

Après l'entrée en vigueur des exigences les plus importantes du MRCC2, le 15 juillet 2016, les investisseurs recevront, plus tard cette année, deux nouveaux relevés annuels de la part de leur courtier en valeurs mobilières. L'un de ces relevés présente en détail les frais de compte et la rémunération du courtier relativement aux placements, et l'autre permet de distinguer clairement le rendement du portefeuille personnel de l'investisseur.

« Trop de Canadiens croient encore qu'ils ne paient aucuns frais pour leurs placements ou pour les services de leur conseiller », a souligné David McGann, directeur des ventes et des opérations des Fonds d'investissement Tangerine. « Nous accueillons ces changements dans le secteur comme un pas dans la bonne direction. Ils responsabiliseront davantage les investisseurs en leur donnant le type de renseignements dont ils ont besoin pour prendre des décisions judicieuses à l'égard leur argent durement gagné. »

Interrogés au sujet du MRCC2, 83 % des investisseurs canadiens sondés ignoraient tout de ces changements imminents. Néanmoins, après en avoir pris connaissance, 46 % d'entre eux ont affirmé que ces nouveaux renseignements feront d'eux des investisseurs plus avisés et plus autonomes, 49 %, que leur conseiller devra mieux répondre de ses actes, et 41 %, que ces renseignements leur apporteront la tranquillité d'esprit, même s'ils ne les utilisent pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer