Le gîte Bijou dans la forêt porte la cause en appel

Johanne Bouchard et Guy Poisson... (Archives La Tribune)

Agrandir

Johanne Bouchard et Guy Poisson

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Malgré qu'elle a obtenu gain de cause en Cour supérieure contre le gîte touristique Bijou dans la forêt, la Ville de Magog ne peut faire appliquer le jugement rendu par le juge François Thôt en novembre 2015.

Les propriétaires du gîte Bijou dans la forêt, Johanne Bouchard et Guy Poisson, ont porté la décision du juge Thôt en appel, ce qui signifie que la Ville de Magog doit pour le moment s'abstenir d'avoir recours aux « mesures exécutoires » qui avaient été consenties par la cour.

Le jugement prévoit la fermeture complète du gîte Bijou dans la forêt, situé dans le secteur du lac Lovering. Et autorise la Ville à faire appel à la police pour que d'éventuels clients quittent les lieux rapidement, advenant un non-respect de la décision.

La Ville est à compléter la rédaction de son mémoire d'appel et déposera ce document à court terme. La greffière de la municipalité, Sylviane Lavigne, s'attend à ce que l'audition prévue se tienne au début de 2017.

Quoi qu'il en soit de la décision initiale, Johanne Bouchard semble persuadée qu'elle et son conjoint ont été victimes d'une injustice. « On a été très mal conseillé par la municipalité dans ce dossier-là. Jamais on aurait dû demander une modification au zonage comme on nous l'avait recommandé », lance-t-elle.

Rappelons que des résidants du secteur du lac Lovering ont émis de sévères critiques quand la municipalité a voulu régulariser la situation du gîte. La Ville a par la suite abandonné son projet de modifier le zonage de la zone V-18 pour permettre la présence d'un gîte à l'intérieur de celle-ci.

Mairesse de Magog, Vicki May Hamm juge que le cas de Bijou dans la forêt tend à démontrer qu'il est difficile, pour une ville, d'obtenir la fermeture d'un gîte touristique qui ne respecte par la réglementation municipale.

Sur le territoire de Magog seulement, plusieurs dizaines de gîtes contreviendraient aux règles existantes en matière d'hébergement. L'Association des gîtes touristique Magog-Orford souhaite que la Villesoit plus sévère envers les propriétaires qui ne respectent pas la réglementation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer