Les marchés boursiers plongent

Les résultats du référendum britannique ont secoué les... (Associated Press)

Agrandir

Les résultats du référendum britannique ont secoué les marchés boursiers à travers le monde.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Presse Canadienne
Toronto

Les marchés boursiers nord-américains ont plongé, vendredi, dans la foulée du vote des Britanniques pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Les résultats du référendum ont laissé des marques partout dans le monde, alors que plusieurs observateurs s'inquiétaient de la possibilité que le divorce nuise à la croissance économique mondiale.

Philip Petursson, stratège en chef des investissements chez Placements Manuvie, a souligné que le vote semblait avoir pris les marchés par surprise. Selon lui, les opérateurs s'attendaient au résultat inverse, et les actions européennes, tout comme la livre britannique, avaient gagné du terrain cette semaine, les investisseurs misant sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE.

« Cela a été une surprise, je crois », a-t-il affirmé. « Il y avait vraiment trop peu de signaux permettant de croire qu'une sortie était une réelle possibilité. »

Cependant, M. Petursson affirme que le vote n'aura pas des conséquences aussi importantes pour le Canada que pour le Royaume-Uni et l'UE.

« Oui, cela introduit un niveau d'incertitude à l'environnement mondial, mais si on creuse davantage, cela n'est pas aussi significatif ou durable pour l'économie canadienne ou pour le marché boursier canadien », a-t-il ajouté.

La Bourse de Toronto a plongé dès l'ouverture, vendredi avant de récupérer une partie de ses pertes. L'indice composé S&P/TSX a terminé la journée sur une perte de 239,50 points, à 13 891,88 points, un recul amorti par les gains du secteur aurifère, habituellement un refuge en période de turbulences.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 1,37 cent US à 76,93 cents US.

L'indice allemand DAX a perdu près de sept pour cent, pendant que le CAC 40 français cédait près de huit pour cent et que le FTSE britannique échappait un peu plus de trois pour cent, après avoir affiché en cours de séance un recul de plus de huit pour cent.

Selon le chef des investissements chez Gestion de placements TD, Bruce Cooper, les investisseurs se demandent si le vote était la première étape d'un ralentissement de l'économie mondiale.

« Jusqu'à quel point cela sera-t-il négatif pour la croissance économique mondiale: c'est la grande question que les marchés se posent », a expliqué M. Cooper.

« Nous n'avons pas encore la réponse à cette question. Je crois que les marchés nous disent qu'ils croient que cela sera négatif, mais nous ne sommes pas certains jusqu'à quel point. »

Pendant ce temps à New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 611,21 points à 17 399,86 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a échappé 76,02 points à 2037,30 points. L'indice composé du Nasdaq a retraité de 202,06 points à 4707,98 points.

La livre britannique a quant à elle plongé à des niveaux qu'elle n'avait pas vus depuis le milieu des années 1980. Elle a reculé de 12,83 cents CAN à 17 724 $ CAN, et perdu 12,47 cents US à 13 635 $ US.

L'euro a lui aussi perdu des plumes face au dollar canadien, reculant de 1,24 cent à 14 413 $ CAN.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer