Le Petit Mas grandit

Marie-Pierre Dubeau et Sébastien Grandmont du Petit Mas... (Photo fournie)

Agrandir

Marie-Pierre Dubeau et Sébastien Grandmont du Petit Mas avec leur nouvel associé, Jean-Raymond Payet, et le fils de celui-ci et employé à la ferme, Clément. Absente sur la photo : Carole Begue.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Saint-Malo) Le Petit Mas de Saint-Malo annonce un nouveau partenariat et des investissements de près d'un million $ pour la croissance et le développement de l'entreprise. La ferme spécialisée en production et transformation de fleurs d'ail bio double ainsi sa superficie de culture avec l'acquisition de terrains et de bâtiments à Martinville.

Trois ans après avoir pris la relève de Christiane Massé à la ferme Le Petit Mas, Marie-Pierre Dubeau et Sébastien Grandmont concrétisent ainsi leur projet d'expansion en s'associant avec Jean-Raymond Payet et Carole Begue de Martinville. Anciens éleveurs de moutons, ceux-ci cherchaient à se réorienter vers la culture d'ail bio lorsque leur chemin a littéralement croisé celui des propriétaires du Petit Mas.

« C'est un hasard. Sébastien est arrêté à la station-service de Martinville, et Jean-Raymond a remarqué notre camion avec la belle gousse d'ail dans le logo » raconte Marie-Pierre Dubeau. Cette journée-là, les deux agriculteurs ont donc fait le plein de nouveaux projets et ont choisi de s'associer plutôt que de se faire compétition.

Les deux couples sont maintenant partenaires de l'entreprise depuis décembre dernier. Avec l'acquisition du terrain et des bâtiments de Martinville, la ferme passe de 25 à 50 acres en exploitation, dont la moitié est dédiée à la culture de l'ail et l'autre aux engrais verts, en rotation. Marie-Pierre Dubeau espère produire environ 35 tonnes cette année sur la terre de Saint-Malo.

Pour les nouvelles parcelles de Martinville, on devra d'abord passer par le processus de certification bio, qui s'échelonne normalement sur 3 années, avant de procéder aux premières récoltes. Entretemps, des travaux de préparation des sols et de réaménagement des bâtiments sont en cours.

« De tous les endroits visités, c'est une des plus belles bâtisses qu'on pouvait espérer convertir pour la transformation de l'ail et la boutique » confie la productrice, qui estime le coût des travaux de rénovation des bâtiments de Martinville à environ 400 000 $. En attendant l'ouverture de la boutique et des bureaux administratifs en 2017, elle invite les clients à se procurer leurs produits directement à la ferme de Saint-Malo en prenant soin de téléphoner auparavant.

La saison de récolte et de transformation des fleurs d'ail bio devrait débuter dans environ trois semaines. L'équipe du Petit Mas procédera ensuite à la récolte des bulbes d'ail vers la fin juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer