Plus facile de faire des affaires avec la Ville

La démarche Entreprendre Sherbrooke permet d'apporter des solutions,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La démarche Entreprendre Sherbrooke permet d'apporter des solutions, puisque la Ville développera des outils pour simplifier les façons de faire.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Difficile de faire des affaires avec la Ville de Sherbrooke? Difficile de s'y retrouver dans les démarches administratives pour obtenir des permis? Les élus ont souvent entendu ces doléances de la part de promoteurs, ou même de citoyens. La démarche Entreprendre Sherbrooke permet d'apporter des solutions, puisque la Ville développera des outils pour simplifier les façons de faire.

« Nous avons bien entendu les entrepreneurs que c'était complexe de faire des demandes à la Ville. Il y a beaucoup d'intervenants. On peut penser que pour un projet commercial ou industriel, on passe par Sherbrooke Innopole ou Commerce Sherbrooke pour avoir de l'aide. Après on fait une transition avec la Ville, le service des permis et des inspections ou de l'urbanisme quand il y a des demandes de changement de zonage. Il y a aussi des raccordements avec Hydro-Sherbrooke. Ça devient compliqué de comprendre comment tout ça se passe quand on n'est pas habitué de faire des projets comme ça », explique Michael Howard, directeur par intérim du service de la planification et du développement urbain.

« On mettra des outils pour aider les citoyens, les commerçants à se retrouver dans tout ça. Nous aurons une sorte de guide, de page web, où nous pouvons trouver toute l'information : à qui on doit parler, quel est le processus, combien de temps on doit attendre pour avoir un permis », ajoute-t-il. Un guide pourra entre autres résumer toutes les informations qu'un promoteur doit fournir pour lancer un projet.

Un des irritants importants était le manque de terrains industriels. « Nous étions plus en mode réaction. Quand nous avions un projet, nous lancions l'ouverture de rue en régie. Nous ouvrirons plus de rues pour mettre des terrains en disponibilité pour accommoder les promoteurs qui veulent s'installer rapidement. »

Michael Howard cite entre autres quatre projets déjà en construction le long de la rue Robert-Boyd.

Les promoteurs demandent aussi la possibilité d'effectuer des paiements en ligne, la seule étape qu'il manque encore pour obtenir un permis de manière complètement électronique.

« Nous ferons aussi de la formation de nos employés des organismes paramunicipaux pour les sensibiliser et élaborer avec eux du matériel d'information que nous pourrons distribuer aux demandeurs. »

Le conseiller Marc Denault a salué ces initiatives, arguant que la Ville encourageait les promoteurs et les citoyens à être délinquants en raison de la longueur du processus d'obtention de permis.

« Il était temps. Ce sont des doléances que nous entendons depuis six ou sept ans. On nous dit qu'il y a trop de structures, que c'est trop compliqué », ajoute Jean-François Rouleau.

Le maire Bernard Sévigny a mentionné que l'efficacité de l'initiative se mesurerait aux commentaires que la Ville recevra. « Nous avons saisi le message selon lequel il est difficile de faire affaire avec la Ville de Sherbrooke. Le virage que nous prenons est celui du service à la clientèle. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer