• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Le Festival de l'érable de Plessisville couronne une Comptonoise 

Le Festival de l'érable de Plessisville couronne une Comptonoise

Nouvelle venue dans la compétition, la Ferme André... (Photo courtoisie, famille Audet-Lemire)

Agrandir

Nouvelle venue dans la compétition, la Ferme André Audet de Compton a remporté le titre de meilleur sirop de l'édition 2016 du Festival de l'érable de Plessisville. De gauche à droite, Yolande Lemire, sa bru Catherine Roy et son fils Nicolas Audet, le maître sucrier Mario Lemire et André Audet.

Photo courtoisie, famille Audet-Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COMPTON) En accord avec les papilles des juges du Festival de l'érable de Plessisville, le titre de meilleur sirop d'érable 2016 a été décerné à la Ferme André Audet, une entreprise laitière et acéricole de Compton. «Ils ne s'attendaient peut-être pas à ça, mais leur sirop était parfait!» déclare le directeur général de l'événement, Alexandre Côté.

Compétition amicale habituellement disputée entre les producteurs acéricoles de la région de l'Érable, cette année le concours a été affiché sur la page Facebook de l'événement. «La réponse a été démesurée, partage M. Côté. Nous avons reçu des inscriptions de partout!»

Bien que l'évaluation tienne compte de la transmittance (clarté ou luminosité) et du degré de Brix (concentration en sucre), le principal critère d'évaluation demeure le goût pour lequel les organisateurs font appel à des juges externes. Suivant ces trois critères, la précieuse sève comptonoise a cumulé une note parfaite de 30 points sur 30 pour son Brix établi à 66 degrés, 8,1 sur 10 pour sa transmittance et 57 sur 60 pour son goût, soit un total de 95,1 points sur 100.

La cabane à sucre Audet célèbre ses 50 ans!

Construite par Bernard Audet en 1966, la cabane à sucre de la famille d'André Audet (le fils de Bernard) et Yolande Lemire célèbre cette année son 50e anniversaire. Fait à noter, le sirop d'érable y est produit à partir des mêmes équipements d'origine, c'est-à-dire de manière artisanale.

«On récolte le sirop à la chaudière et nous n'avons pas recours à l'osmose inversée pour augmenter le degré de Brix qui permet de réduire le temps de bouillage, explique le maître sucrier Mario Lemire. Notre évaporateur est chauffé au bois comme nos ancêtres le faisaient. Ce sont ces méthodes anciennes de cuisson qui nous permettent d'obtenir une saveur de sirop comme nous l'avons réussie cette année.»

Ces résultats reposent sur un savoir-faire, certes, mais avant tout sur un terroir. «Les trois quarts de la qualité de notre sirop viennent de notre terroir et de la contribution de Dame Nature, déclare M. Lemire. Selon moi, l'année 2016 est un grand millésime au même titre que les grands vins.» Il faut dire que, en plus d'une qualité exceptionnelle, les 1025 entailles de la Ferme André Audet ont obtenu cette année une moyenne incomparable de sirop, soit 4,32 livres à l'entaille comparativement à une moyenne québécoise de 2,5 livres.

Soulignons que le maître sucrier est appuyé dans son travail par Nicolas Audet, le fils d'André, et par André lui-même. Le trio profite des longues périodes de bouillage pour festoyer avec leurs nombreuses aides. «On se réjouit du travail accompli en dégustant des produits du terroir, fromages, vins, terrines et pains. C'est très rassembleur une cabane à sucre», conclut Mario Lemire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer