• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Dégustation à l'aveugle pour des chefs et sommeliers de l'Estrie 

Dégustation à l'aveugle pour des chefs et sommeliers de l'Estrie

Tourisme Cantons-de-l'Est et le Conseil de l'industrie bioalimentaire... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Tourisme Cantons-de-l'Est et le Conseil de l'industrie bioalimentaire de l'Estrie (CIBLE) ont organisé l'événement Vins d'ici, chefs branchés! On reconnait sur la photo Sylvie Lavoie, chargée de projet au CIBLE, Guylaine Benoit, conseillère au développement touristique CLD Brome-Missisquoi, Ghislain Lefebvre, directeur du CIBLE, le sommelier Benoît Lajeunesse qui commentait la dégustation et Vicky Villeneuve, coordonnatrice au développement de l'offre chez Tourisme Canton-de-l'Est.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charlotte Rancourt-Castilloux
La Tribune

Les vins québécois sont sujets à certains préjugés de la part des consommateurs. Mais, depuis mardi, aux yeux de restaurateurs de l'Estrie, ces préjugés tombent, même que les vins du Québec n'auraient rien à envier à leurs cousins européens.

C'est afin de déconstruire ces préjugés qu'une vingtaine de chefs et de sommeliers de l'Estrie se sont prêtés au jeu d'une dégustation à l'aveugle. C'est dans l'optique de faire découvrir les vins des Cantons-de-l'Est que le conseil de l'industrie bioalimentaire de l'Estrie (CIBLE), en partenariat avec Tourisme Cantons-de-l'Est, a organisé l'événement Vins d'ici, chefs branchés! pour différents restaurateurs de la région.

L'objectif principal de cette activité était de démystifier les vins des Cantons-de-l'Est et de défaire certains préjugés qui les entourent. Dans le cadre des dégustations, les participants ont goûté des vins provenant de treize vignobles membres des Créateurs de saveurs Cantons-de-l'Est.

La réaction était unanime : les vins des Cantons-de-l'Est sont très bons, même qu'ils sont comparables à ceux de l'Europe! « Goûter à l'aveugle nous a permis de voir nos vraies impressions » a mentionné une participante qui assistait pour la première fois à une activité comme celle-là. Ne pas connaître l'identité des vins dégustés permettait, en effet, à tous de mettre de côté leurs idées préconçues. De cette manière, l'appréciation était plus spontanée et surprenante pour les goûteurs. Le directeur du CIBLE, Ghislain Lefebvre, s'est dit très satisfait de la réaction des participants. « Le but est atteint », a-t-il mentionné en soulignant que les vins avaient été appréciés de tous.

À la suite de leurs découvertes, les chefs et les sommeliers étaient invités à rester pour rencontrer les vignerons et discuter d'éventuelles relations d'affaires. Car, même si le but de cet événement était de démystifier les vins de la région, il y avait également un objectif de réseautage. Les différents producteurs de vin présents y étaient dans le but de rencontrer directement les chefs et les sommeliers afin de créer des contacts. Les vignerons présents étaient satisfaits du mouvement engendré par le CIBLE.

Selon le sommelier de l'événement Benoît Lajeunesse, un exercice comme une dégustation à l'aveugle était nécessaire pour les vins québécois. Cela a permis de faire découvrir les produits de la région pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'on pense qu'ils sont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer