• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Salon Priorité-Emploi 2016: 3000 candidats à l'affût de 2000 postes 

Salon Priorité-Emploi 2016: 3000 candidats à l'affût de 2000 postes

Plus de 3000 candidats ont franchi les portes du... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Plus de 3000 candidats ont franchi les portes du Centre de foires de Sherbrooke lors des deux jours du Salon pour payer une visite aux quelque 88 exposants et assister à l'une des sept conférences leur permettant d'optimiser leur curriculum vitae et d'apprendre à mieux étaler leurs forces devant un employeur potentiel.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Les chercheurs d'emploi de l'Estrie avaient matière à se mettre sous la dent vendredi et samedi, lors du 17e Salon Priorité-Emploi.

« Nous n'étions pas loin des 2000 postes à offrir et beaucoup d'embauches ont été faites directement sur place, au Salon, s'est réjouie la chargée de projet de l'événement, Louise Côté. Il y avait autant des postes d'avocats, d'ingénieurs que des postes chez des manufacturiers. Il y avait des candidats de tous les niveaux et les employeurs étaient très heureux considérant la rareté de la main-d'oeuvre et plusieurs ont comblé tous leurs besoins. »

« C'est un salon de l'emploi pour les six MRC de l'Estrie, pas seulement pour Sherbrooke, et avec la quantité de postes offerts ainsi que la qualité des exposants et des chercheurs d'emplois qu'on a eus, c'était très bien. Nous sommes très satisfaits. »

3000 candidats

Plus de 3000 candidats ont franchi les portes du Centre de foires de Sherbrooke lors des deux jours du Salon pour payer une visite aux quelque 88 exposants et assister à l'une des sept conférences leur permettant d'optimiser leur curriculum vitae et d'apprendre à mieux étaler leurs forces devant un employeur potentiel. Pour une première fois, le Salon comptait également une zone multilingue offerte par des étudiants de troisième année de l'Université Bishop's où les candidats pouvaient faire évaluer leur niveau de bilinguisme, un ajout qui est là pour rester, souligne Mme Côté.

« C'est un incontournable d'avoir ça de nos jours. Il y avait plus de 30 employeurs qui recherchaient des employés bilingues et d'avoir ça sur place rassure tout le monde. Quand il y avait des candidats intéressants, l'entreprise pouvait les envoyer passer leur test. C'était très intéressant pour les entreprises et ça aide également les chercheurs d'emplois à mettre à jour leur c.v. avec une évaluation vérifiée. On s'attendait à ce que 50 candidats se fassent certifier et il y en a eu plus de 225. Tout le monde travaillait en étroite collaboration et c'est là pour rester. »

Si le Salon a connu une baisse d'achalandage comparativement à l'an dernier, où 4500 personnes s'étaient présentées, c'est parce qu'il a eu lieu un mois plus tard qu'à l'habitude.

« Moins d'étudiants en recherche d'emploi se sont présentés cette année pour cette raison, explique Louise Côté. La 18e édition sera présentée en mars pour pouvoir les attirer à nouveau, eux qui constituaient près de 30 % de l'achalandage l'an dernier. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer