La Coop de l'UdeS et l'Accorderie font équipe

L'entente d'intercoopération entre l'Accorderie et la Coop de... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'entente d'intercoopération entre l'Accorderie et la Coop de l'Université de Sherbrooke a été dévoilée mercredi par Christine Cormier, coordonnatrice de l'Accorderie, Stéphanie Lemay, directrice générale de la Coop de l'UdeS et Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) La Coopérative de l'Université de Sherbrooke et l'Accorderie de Sherbrooke ont annoncé mercredi un partenariat d'intercoopération qui permettra à l'Accorderie d'accroître son autofinancement et à la Coop de l'Université d'augmenter sa clientèle et de faire connaître ses services. Cette entente pourrait permettre à la Coop de l'UdeS de verser jusqu'à 10000 $ à l'Accorderie annuellement.

Le mécanisme de l'entente prévoit que l'Accorderie invitera ses 69 organismes membres à s'approvisionner auprès de la Coop de l'UdeS en matière de papeterie, de services de traiteur (boîtes à lunch) ou lors de l'achat d'articles promotionnels. En retour, la Coop de l'UdeS versera 5 % de ses ventes nettes admissibles à l'Accorderie.

«C'est une entente qui va permettre à l'Accorderie de s'autofinancer et à la Coopérative de l'Université de Sherbrooke d'acquérir de nouveaux clients qui sont dans le domaine communautaire ou coopératif, a indiqué Christine Cormier, coordonnatrice de l'Accorderie. L'Accorderie, par cette alliance avec la Coop de l'UdeS souhaite aller chercher un autofinancement annuel de 10000 $. Et comme l'Accorderie se finance par projets, et non pas par des subventions gouvernementales, c'est vraiment un très gros enjeu pour nous», a-t-elle ajouté.

Selon elle, l'objectif de 10000 $ annuellement est tout à fait réaliste : «On ne parle pas de 10000 $ la première année, mais il y a beaucoup de clients potentiels dans le domaine coopératif et parmi les entreprises d'économie sociale. Les services qui sont offerts sont ceux du service traiteur, la papeterie et tout le matériel promotionnel. Ce sont quand même des éléments qui sont achetés annuellement par toutes les entreprises d'économie sociale ou les coopératives, que ce soit pour l'assemblée générale annuelle, pour des rencontres du conseil d'administration. Ce qu'on veut, c'est fidéliser les coopératives et les partenaires de cette entente-là à la Coop de l'Université de Sherbrooke.»

Les partenaires de l'entente n'ont pas à être membres ni de l'Accorderie ni de la Coop de l'Université de Sherbrooke, précise Christine

Cormier. «Évidemment, on les encourage à le faire, mais ils n'ont qu'à ouvrir un compte-client auprès de la Coop de l'Université pour pouvoir être facturés. Cela n'engage en rien et cela procure 5 % des achats sur ces trois items-là à l'Accorderie de Sherbrooke.»

Du côté de la Coop de l'UdeS, sa directrice générale Stéphanie Lemay a indiqué qu'il était important que l'entente réponde aux objectifs des deux partenaires.

«On a voulu en arriver à une formule gagnante-gagnante pour les deux coopératives. On a donc identifié ce que le réseau de l'Accorderie pouvait acheter en termes de produits et services par rapport à ce que la Coop de l'Université pouvait offrir et les éléments les plus gagnants étaient le service de traiteur, la papeterie et les articles promotionnels.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer