David Sepulchre abandonne la Belding-Corticelli

La Belding-Corticelli est à nouveau à vendre, cette... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Belding-Corticelli est à nouveau à vendre, cette fois pour 2,6 millions $.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'ancienne usine Belding-Corticelli de Coaticook pourrait bien être convertie en complexe hôtelier, mais pas par le promoteur David Sepulchre.

Ce dernier annonce qu'il doit abandonner le projet, faute de fonds suffisant. Il y a toutefois de l'espoir, car certains s'y intéressent, assure-t-il, lors d'un entretien avec La Tribune.

L'homme d'affaires explique avoir investi dans un projet sur la Rive-Sud de Montréal. Sept millions de dollars étaient nécessaires, dit-il.

Quand est venu le temps de refinancer le projet de la Belding-Corticelli, les démarches ont été plus difficiles. «Je voulais prendre les profits de mon projet à Saint-Marc-sur-Richelieu, mais ça aurait pris trois ans, mentionne-t-il. C'était trop long. J'ai dû abandonner.»

Ce qui fait que l'ancienne usine de la rue Child a été remise sur le marché immobilier. On en demande 2,6 millions $.

Interrompus à l'été 2014, les travaux d'aménagement du futur complexe hôtelier de la Belding-Corticelli devaient reprendre ce printemps, avec comme objectif une ouverture au printemps 2017.

C'est le projet hôtelier à Saint-Marc-sur-Richelieu, Les Trois Tilleuls - Hôtel & Spa, une opportunité d'affaires saisie en 2014 avec l'humoriste, comédien et animateur Michel Barrette, qui avait mis le projet de la Belding-Corticelli sur la glace.

David Sepulchre se réjouit toutefois des développements des dernières heures. Des promoteurs souhaitent prendre sa suite. Il ajoute qu'il serait prêt à baisser son prix de façon importante si l'acheteur veut convertir l'ancienne usine en un complexe hôtelier comme lui le souhaitait au départ.

«Plusieurs personnes se sont signalées. Au moins deux sont intéressées à poursuivre le projet comme c'était prévu. Si c'est le cas, je suis prêt à baisser mon prix, lance-t-il. Il y a de l'intérêt pour de l'hébergement à Coaticook, avec tout ce qu'amène Foresta Lumina.»

«D'autres voudraient subdiviser le projet : un bout en bureaux l'autre en hébergement. Je suis intéressé, mais je privilégie le projet initial.»

M. Sepulchre ajoute que le bâtiment est sécuritaire et que des rénovations majeures ont permis, entre autres, de changer les fenêtres et de réparer le toit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer