• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Un conseiller, comme un médecin des finances personnelles 

Un conseiller, comme un médecin des finances personnelles

Marie Elaine Farley est présidente et chef de... (Photo fournie)

Agrandir

Marie Elaine Farley est présidente et chef de la direction de la Chambre de la sécurité financière.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Celui qui bénéficie des conseils d'un représentant financier pendant 15 ans voit ses actifs augmenter de 173 % par rapport à celui qui ne fait pas affaire avec un représentant», peut-on lire dans une étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO).

C'est sur cette statistique que la présidente et chef de la direction de la Chambre de la sécurité financière (CSF), Marie Elaine Farley, s'appuie pour démontrer la pertinence de faire appel à un conseiller lorsque vient le temps de gérer nos finances personnelles.

«On doit sensibiliser la population à l'importance de planifier ses finances et d'épargner, car comme on le sait, l'argent ne pousse pas dans les arbres. Les gens sont parfois gênés de poser des questions à leur conseiller alors qu'ils ne devraient pas hésiter. Les finances, c'est complexe et c'est le travail des conseillers de prendre le temps de répondre à toutes leurs questions», lance Mme Farley qui était de passage à Sherbrooke la semaine dernière dans le cadre d'une tournée régionale.

La CSF est un organisme d'autoréglementation dont la mission est d'assurer la protection du public en maintenant la discipline et en veillant à la formation et à la déontologie de ses quelque 32000 membres dont 1100 exercent en Estrie. Ceux-ci exercent dans cinq disciplines et catégories d'inscription : courtage en épargne, collective, planification financière, assurance de personnes, assurance collective de personnes et courtage en plans de bourses d'études.

«Les meilleurs conseillers financiers sont ceux qui prennent le temps de vous poser des questions pour bien vous connaître. Connaître vos objectifs et besoins. Car un couple avec des enfants et celui sans enfant n'ont pas les mêmes besoins. Même chose pour une personne de 35 ou 65 ans. C'est un peu comme un médecin. Le bon médecin prendra le temps de vous poser des questions sur votre état général lorsque vous allez le consulter pour une toux. Il s'occupe de votre santé, alors que les conseillers s'occupent de votre santé financière», résume Mme Farley.

Plusieurs membres de la région s'impliquent activement au sein de la Chambre et Mme Farley a profité de sa visite dans la région pour discuter avec eux de pistes de solutions pour favoriser l'épargne des Estriens.

La présidente de la CSF a aussi souligné la créativité de certaines initiatives des membres estriens, telles que l'Académie du trésor, un organisme sans but lucratif créé par Dominique Asselin. «L'organisme va vers les jeunes et leur offre gratuitement de la formation en finance. Il a pour objectif d'améliorer la littératie et la vigilance des consommateurs», note-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer