• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Sherbrooke Innopole estime avoir offert l'aide appropriée aux Serres Saint-Élie 

Sherbrooke Innopole estime avoir offert l'aide appropriée aux Serres Saint-Élie

La directrice générale de Sherbrooke Innopole Josée Fortin... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La directrice générale de Sherbrooke Innopole Josée Fortin explique que les démarches de changement de zonage doivent être entreprises auprès de la Ville.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sherbrooke Innopole se défend de ne pas avoir offert l'aide appropriée aux Serres et pépinière Saint-Élie pour leur projet de centre de production horticole. Au sein de l'organisme paramunicipal, on estime que le dossier relève davantage de l'urbanisme à la Ville de Sherbrooke.

Rappelons la copropriétaire des serres, Mélanie Grégoire, considère de construire son complexe horticole à l'extérieur de la ville parce que son terrain est zoné industriel et que l'aide qui lui est offerte par la Ville est, selon elle, insuffisante. Windsor, Coaticook et Cookshire auraient entre autres démontré de l'intérêt. Mme Grégoire expliquait avoir multiplié les démarches à Sherbrooke au point où elle a l'impression de devoir se battre contre la municipalité.

« Nous avons effectivement été contactés par Mme Grégoire à la mi-février concernant son projet de construire un complexe de serres de 20 000 pi2 près du nouveau carrefour giratoire du boulevard Industriel. Ce terrain, situé presque à l'intersection du boulevard industriel et du prolongement de Portland est zoné industriel. Il l'était déjà quand il a été acquis par les Serres et pépinières Saint-Élie il y a quelques années. Nous avons quand même fait les vérifications auprès du service d'urbanisme de la Ville, qui nous a confirmé que la production horticole, comme tout usage autre qu'industriel ou technologique, n'était pas permise sur ce site, tel que stipulé dans le règlement de zonage actuel », explique Josée Fortin, directrice générale de Sherbrooke Innopole.

« Nous tentons toujours de trouver des solutions ou des alternatives pour les entreprises qui nous contactent, mais nous devons aussi respecter le cadre réglementaire. Nous avons donc informé Mme Grégoire à la fin de février que ce n'était malheureusement pas possible pour elle d'aller de l'avant avec son projet dans le zonage actuel, mais qu'elle pouvait faire des démarches auprès de la Ville à cet égard. »

Si elle souhaite construire son complexe à côté de son commerce actuel, Mélanie Grégoire devra vraisemblablement procéder à une demande de changement de zonage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer