Victoriaville tente de séduire Airbus

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, et son... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, et son directeur général, Martin Lessard.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Airbus lorgne vers l'Amérique du Nord et le maire de Victoriaville, André Bellavance, a bien l'intention de dérouler le tapis rouge afin que l'imposant constructeur utilise sa municipalité comme porte d'entrée vers le Nouveau Monde.

«On n'annonce rien pour le moment, mais il y a un intérêt pour Airbus à s'installer sur le marché nord-américain et nous aimerions devenir une porte d'entrée. L'entreprise recherche des sous-traitants dans plusieurs secteurs, dont la métallurgie et la finition. L'entente de libre-échange avec le Canada favorisera certainement les choses», explique-t-il.

Une délégation de sept chercheurs, scientifiques, gestionnaires et politiciens de la région se dont d'ailleurs rendu à Colomiers en France au cours des dernières semaines afin de mener à bien une mission de séduction. On estime qu'il y a un grand intérêt de part et d'autre pour le moment, reste à voir comment aboutiront les pourparlers.

«L'objectif n'est pas d'amener une usine d'Airbus ici, relativise le directeur général, Martin Lessard. On aimerait qu'ils nous confient des projets, que nos entreprises puissent faire de la sous-traitance. Il y a notamment Sural qui produit des matériaux pouvant servir à la conception de pièces d'avion. Nous avons également développé une expertise en lien avec la conception de l'intérieur des avions».

La région tente notamment de séduire le fabricant par sa fibre verte. On veut que la multinationale améliore son bilan environnemental, entre autres, par l'utilisation de produits de finition ayant une faible émission de COV (composés organiques volatiles).

Un jumelage avec Colomiers

Victoriaville a, par ailleurs annoncé le développement d'un projet de jumelage avec la Ville de Colomiers, lequel pourrait voir le jour au cours de la prochaine année. Les représentants des deux municipalités se sont rencontrés à quelques reprises et il semble qu'ils aient des intérêts complémentaires.

«Ils ont un intérêt pour notre politique sociale innovante, nos progrès en matière de développement durable, ainsi que nos pratiques en matière de gestion municipale. De notre côté, nous sommes épatés par l'ouverture de leurs lieux culturels et sportifs. Ils ont un club de gymnastique qui compte 1000 enfants, ce n'est pas rien pour une ville de 40000 habitants», explique M. Bellavance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer