Fruit d'Or investit 35 millions $

Le président du Fruit d'Or, Martin Le Moine... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le président du Fruit d'Or, Martin Le Moine et la vice-première ministre, Lise Thériault, ont inauguré le nouveau centre de transformation de canneberges biologiques Fruit d'or, lundi, entourés du maire de Plessisville, Mario Fortin et du député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(SHERBROOKE) Un an, jour pour jour, après avoir assisté impuissants à la destruction de leur usine, victime d'un incendie majeur, les propriétaires de Fruit d'Or ont inauguré, lundi, leur nouveau centre de transformation de canneberges biologiques. La construction du bâtiment de 7000 mètres carrés (75 000 pieds carrés) et l'achat d'équipements à la fine pointe ont nécessité un investissement approchant les 35 millions $.

« Ça a été un événement d'une grande tristesse et synonyme de grandes inquiétudes pour nos employés, nos partenaires et la communauté locale, se souvient le président de Fruit d'Or, Martin Le Moine. Nous avions toutefois plusieurs projets sur notre table à dessin et la reconstruction a servi de moteur pour accélérer la réalisation de plusieurs d'entre eux ».

M. Le Moine estime à 20 % l'accroissement de la productivité de la nouvelle usine de Plessisville par rapport aux anciennes installations de Notre-Dame-de-Lourdes. On attribue cette réussite à la modernité des nouveaux équipements, certes, mais aussi à la capacité d'adaptation des 45 travailleurs.

Fruit d'Or a notamment acquis des équipements d'emballage et de la machinerie nécessaire au nutraceutique. On a également investi dans des dispositifs permettant de mieux préserver la propriété des petits fruits lors de leur transformation.

« Nous produisons 20 % plus vite qu'avant et nous avons de plus beaux produits. Cet investissement devrait nous permettre de mieux nous positionner dans l'entente de libre-échange avec l'Europe et de maintenir notre position de leader dans le domaine de la canneberge biologique », ajoute-t-il.

Fait intéressant, l'entreprise plessisvilloise n'a eu besoin que de neuf mois pour reconstruire et aménager sa nouvelle usine. « On a rarement vu, dans l'histoire du Québec, une usine se reconstruire aussi rapidement. Chapeau à la Ville de Plessisville, aux partenaires

et au personnel de l'entreprise qui ont évolué rapidement dans le projet », affirme la vice-première ministre, Lise Thériault, présente afin d'annoncer des prêts totalisant 6,1 millions $ provenant du gouvernement du Québec.

D'autres phases à venir

Certains des 7000 mètres carrés du bâtiment sont inutilisés, mais ils ne le demeureront pas longtemps. Martin Le Moine a annoncé que d'autres projets de développement allaient voir le jour au cours de la prochaine année afin de permettre à l'entreprise de poursuivre sa progression.

« De 100 000 $ qu'il était il y a 15 ans, notre chiffre d'affaires a atteint 80 millions $ l'an passé et nous sommes encore en croissance. L'objectif est de doubler nos ventes d'ici les cinq prochaines années. Nous demeurerons principalement dans la canneberge, mais il y a aussi le bleuet sauvage qui a un bon potentiel et d'autres petits fruits pourraient devenir intéressants au cours des prochaines

années », explique-t-il.

Un élan pour la communauté

Pour la Ville de Plessisville, cet investissement de près de 35 millions $ est le plus important enregistré au cours des dernières années. Il faut dire que les planètes étaient alignées pour la municipalité de L'Érable puisque Fruit d'Or avait besoin de services

plus adéquats afin de soutenir son expansion et qu'elle avait la volonté de demeurer dans la région.

« C'était le dernier grand terrain de notre parc industriel et nous sommes heureux qu'il ait toujours été disponible. Nous voulions absolument que l'entreprise demeure dans L'Érable, alors nous leur avons fait une bonne offre. Nous avions le bois et la métallurgie, maintenant nous avons ajouté une autre corde à notre tissu industriel avec l'alimentaire », signifie le maire de Plessisville, Mario Fortin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer