• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Coup d'envoi au projet Place de la source: un projet de 20$ M 

Coup d'envoi au projet Place de la source: un projet de 20$ M

Le maire Bernard Sévigny et le promoteur Marc... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Le maire Bernard Sévigny et le promoteur Marc Bougie ont procédé jeudi à la première pelletée de terre du projet Place de la source.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le projet domiciliaire Place de la source, qui comptera une soixantaine de portes sur le site de l'ancien Relais Saint-François, en bordure de l'autoroute 410, est officiellement lancé. Le président de Gestion Santi, Marc Bougie, et le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, ont procédé à la première pelletée de terre jeudi matin. La construction d'une nouvelle rue est amorcée et les premières maisons pourraient être érigées dès cette année. Il s'agit d'un projet de plus de 20 M$.

« C'est un projet sur lequel nous travaillons depuis trois ans. Nous avions commencé par des tests de son parce que nous sommes près de l'autoroute. Deux expertises ont été faites : une par le groupe Santi et une par la Ville de Sherbrooke. Ces deux expertises ont amené les mêmes résultats, soit que le bruit dans le secteur sera limité à 55 décibels. On ne trouve même pas ça sur la rue King. Nous innovons avec notre technologie : les édifices le long de la 410 serviront d'écran pour le reste du projet. Ça n'existe pas en Estrie, et je ne pense pas que ça existe au Québec non plus », explique le promoteur Marc Bougie.

Des maisons de ville seront effectivement adossées à l'autoroute alors que le reste du développement, qui comprendra aussi des maisons unifamiliales, se fera en façade de ces résidences.

« Ce qui m'intéressait, c'était d'amener des résidences dans le nord de Sherbrooke, mais il n'y avait plus de terrains disponibles. C'était un des terrains disponibles, avec beaucoup de contraintes, mais nous savions que les gens voudraient vivre ici. »

Les contraintes du bruit étaient importantes, mais il fallait aussi démolir l'ancien Relais Saint-François en respectant une série de mesures. « La démolition s'est faite dans les règles de l'art, dans les temps. Les matériaux ont tous été recyclés quand c'était possible. »

M. Bougie mentionne que la tuyauterie a été installée il y a environ deux semaines et que la construction de la rue, qui se terminera avec un rond-point, est amorcée. Elle devrait être terminée d'ici deux mois pour permettre l'érection des résidences. L'ensemble du projet devrait être construit d'ici trois ans. Une dizaine de maisons, en plus des maisons de ville, pourraient être construites cette année. Une dizaine de terrains ont déjà trouvé preneur.

Le maire Sévigny s'est réjoui de voir ce secteur de la ville en revitalisation. « Ça faisait presque quinze ans que l'endroit était vide. C'est un problème pour la Ville ce genre d'infrastructures qui posent un problème dans la trame urbaine. Ça prenait un promoteur audacieux pour pouvoir non seulement disposer de ces bâtiments, mais de proposer un projet qui respecte tous les critères près d'une autoroute. C'était un défi à la fois d'entrepreneur et technique. C'est une bonne nouvelle. Quand on travaille avec un promoteur qui a cette volonté, ça donne des bons projets, même si c'est plus contraignant. »

Gestion Santi prépare aussi le projet Boisé des ruisseaux, dans le secteur de la rue Illinois, où une trentaine de maisons seront construites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer