Dixville présente son futur quartier écodurable

Devant une micro-habitation de Maisons Confort Design se... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Devant une micro-habitation de Maisons Confort Design se trouvent Serge Cyr, directeur du Service de l'environnement de Victoriaville et le maire suppléant Christian Lettre, accompagnés de Martin Saindon, maire de Dixville et Martin Massé, un des promoteurs des terrains du futur quartier écodurable.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Dixville) Par intérêt ou simple curiosité, les visiteurs ont été nombreux à répondre à l'invitation de la Municipalité de Dixville, laquelle a ouvert toutes grandes les portes de son coeur villageois dans le cadre d'un weekend destiné à faire connaître son futur quartier écodurable, son nouveau programme Habitation Durable, ainsi que l'univers encore peu connu des micro-habitations.

« Ce projet va permettre à Dixville de se distinguer et de donner un accès à la propriété, de permettre aux acheteurs de posséder un domicile fixe à des coûts raisonnables », déclare le maire de Dixville, Martin Saindon.

Longeant le chemin Parker, le futur quartier accueillera une cinquantaine de résidences sur des terrains d'une superficie allant de 1500 à 7300 mètres carrés pour un coût variant entre 25 000 $ et 35 000 $. Une partie du quartier sera réservée aux micro-habitations, notamment afin de répondre à la demande, si demande il y a.

« On en parle beaucoup, mais est-ce que les gens en veulent vraiment? se demande Jean-Pierre Paré, un des promoteurs des terrains. Je prétends que oui, particulièrement pour les jeunes couples qui veulent investir dans une première maison au lieu de payer un loyer pour le même prix. »

Programme Habitation Durable

Afin de stimuler la venue de nouveaux arrivants recherchant un mode de vie plus écologique et écoénergétique, la Municipalité de Dixville a joint les rangs du programme Habitation Durable pour ses volets construction et aménagement extérieur durable. Développé par la Ville de Victoriaville en 2011, ce programme de subventions et d'attestations offre une aide financière pouvant atteindre jusqu'à 8000 $ pour la construction d'une maison unifamiliale. Le tout encadré par une démarche menant à une attestation de 3, 4 ou 5 étoiles suivant une grille de pointage détaillée comprenant un Guide du participant. Ce guide, de même que l'ensemble des informations concernant le programme Habitation Durable, sont disponible en ligne à www.onlefait.ca.

« Victoriaville souhaitait encourager la construction de maisons plus vertes et réduire l'impact écologique, explique Serge Cyr, directeur du Service de l'environnement de Victoriaville. À ce jour, nous avons 216 maisons bâties et plus de 400 projets de rénovation. Maintenant ce qu'on veut, c'est aider d'autres villes à faire comme nous. »

« C'est un programme qui permet aux gens de poser des gestes à la hauteur de leurs moyens, ajoute le maire suppléant, Christian Lettre. Habitation Durable, c'est rentable et responsable. C'est bâtir une maison plus saine et plus confortable. »

Pour toutes informations concernant le futur quartier écodurable, le programme Habitation Durable et les terrains à vendre, on peut communiquer avec la Municipalité de Dixville au

819 849-3037.

Les micro-habitations ont la cote

Le futur quartier écodurable de Dixville se préparant à accueillir une dizaine de mini-maisons, on a jugé fort opportun d'inviter Confort Design à venir présenter un de ses modèles dans le cadre des journées portes ouvertes qui se sont tenues ce weekend.

La série de micro-habitations développée par l'entreprise il y a un an et demi comprend sept modèles offrant des superficies allant de 36 à 68 mètres carrés pour un coût variant entre 56 000 $ et 96 000 $, projet clef en main.

« Nous rencontrons principalement deux types clientèles, explique Normand Poupart, directeur projet et investissement. Les jeunes qui ne peuvent se payer une maison à 300 000 $, mais aussi beaucoup de personnes de 55 ans et plus qui veulent voyager en ayant seulement un pied-à-terre. »

Or les portes ouvertes de ce week-end n'attiraient pas que les jeunes en quête d'une première demeure ou les jeunes retraités. « J'ai un intérêt pour la tendance, mais aussi de voir ce qui se dessine dans les milieux ruraux du Québec sur le plan de l'habitation, partage l'urbaniste Lise Got. Personnellement ce n'est pas dans mes projets de déménager dans une mini-maison, mais j'aime le concept de rapetisser nos milieux de vie. »

« On sent vraiment une effervescence pour ce type d'habitation en milieu rural, partage sa collègue, Marie-Ève Gagnon, elle aussi urbaniste. L'important pour moi, c'est comment on implante ces maisons et quels matériaux on utilise pour que les maisons soient durables. »

Un intérêt partagé par Diane Pelchat, de Sherbrooke, qui découvrait à la fois les micro-habitations et Dixville. « Ce qui m'intéresse du projet de Dixville, ce sont ses aspects environnemental et financier. J'ai déjà eu des maisons, mais je ne veux pas m'endetter à nouveau et devoir faire l'entretien. Même si c'est petit, ce n'est pas grave parce que mon conjoint et moi on s'aime! Et si on se chicane, il y en aura un dehors et un en dedans! » lance Mme Pelchat en riant. « Donnez-moi un hamac et un BBQ et je suis prêt à m'installer sur le patio », réplique du tac au tac ledit conjoint avec un large sourire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer