Opération charme auprès des marchands affiliés Rona

Plusieurs marchands affiliés de Rona sont sollicités par... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Plusieurs marchands affiliés de Rona sont sollicités par d'autres bannières depuis l'annonce de la vente du géant québécois de la quincaillerie à l'américaine Lowe's.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

D'autres quincaillers s'ajoutent à la liste des intéressés à accueillir des marchands affiliés de Rona dans l'éventualité où leur relation d'affaires avec Lowe's s'avérerait insatisfaisante.

Après Groupe BMR, c'est au tour de Home Hardware et Groupe Centres de rénovation Castle de tendre la main aux exploitants de ces 261 magasins de proximité, dont 151 se trouvent au Québec.

Le directeur du marketing chez Home Hardware, Rob Wallace, n'a pas caché que les équipes visant à recruter de nouveaux membres étaient « vraiment » plus occupées depuis une semaine.

« Il y a des inquiétudes dans le marché sur les effets qu'aura cette transaction sur les marchands indépendants et affiliés », a-t-il expliqué, mardi, au cours d'un entretien téléphonique.

Reconnaissant qu'une acquisition de 3,2 milliards $ n'arrive pas tous les jours, M. Wallace a dit croire que la situation pourrait profiter à Home Hardware, qui exploite un réseau de 1100 établissements, dont 113 au Québec.

Il n'a toutefois pas voulu dire si le détaillant ontarien avait formellement approché des marchands affiliés de Rona depuis la semaine dernière.

« Nous ne restons jamais assis sur nos lauriers, a dit M. Wallace. Nous allons sauter sur toutes les occasions qui nous permettent d'accroître notre présence où notre présence n'est pas aussi forte que voulu. »

En 2014, les établissements affiliés ainsi que les activités de distribution ont généré 1,2 milliard $ en revenus alors que les recettes totales de Rona ont été de 4,1 milliards $.

Castle, dont la présence québécoise se limite à 39 magasins, croit aussi pouvoir être capable de séduire des indépendants afin de bonifier son réseau de 315 établissements au pays.

« Il y aura une transition sous l'égide d'un modèle corporatif américain, a expliqué le président de l'entreprise établie en Ontario, Ken Jenkins. Je ne crois pas que les indépendants seront une priorité.».

Peu après l'annonce du regroupement entre Lowe's et Rona, Groupe BMR avait ouvert la porte aux marchands affiliés du quincailler québécois, sans toutefois lancer d'invitation formelle.

La position de cette division de la Coop fédérée, qui compte 350 magasins dans la province, n'a pas changé depuis.

« En ce qui a trait aux marchands indépendants qui seraient insatisfaits du changement de propriétaire, BMR va évidemment tenter de saisir les occasions qui s'offrent à elle », a rappelé son chef de la direction, Pascal Houle, par courriel.

Maraudage

Certains observateurs se demandent comment le géant américain de la rénovation va gérer les relations avec les marchands affiliés, qui, pour la plupart, exploitent de plus petites surfaces.

Si Lowe's aura la chance de faire ses preuves, ceux-ci feront assurément l'objet de maraudage, croit l'Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT).

Selon son président et chef de la direction, Richard Darveau, l'opération charme a même déjà commencé.

« Quand je discute avec des marchands de Rona, ils me disent n'avoir jamais été aussi courtisés », a analysé M. Darveau, au cours d'une entrevue téléphonique.

En plus de Home Hardware et Castle, Timber Mart, qui exploite 70 magasins au Québec, observe la situation de près, croit le chef de la direction de l'AQMAT. En fin de journée, mardi, Timber Market n'avait pas répondu aux appels et courriels de La Presse Canadienne.

M. Darveau croit que les marchands affiliés seront rassurés par la présence du président canadien de Lowe's, Sylvain Prud'homme, mais ajoute que cela ne les empêchera pas de prêter une oreille attentive aux sollicitations.

M. Darveau estime que ces derniers veulent s'assurer d'évaluer les options à leur disposition puisqu'à son avis, la société américaine n'est plus habituée de gérer des relations avec des employés plutôt qu'avec d'autres entreprises.

Avant de sauter la clôture, les affiliés devront y penser à deux reprises avant d'abandonner la bannière Rona, prévient-il.

« La marque est ancrée dans l'imaginaire collectif depuis longtemps, a rappelé le chef de la direction de l'AQMAT. Il faut bien y penser. »

'Association des marchands Rona, présidée par Louis Turcotte, n'a pas voulu commenter. Au téléphone, une personne de son entourage, qui a refusé de s'identifier, a indiqué que M. Turcotte n'accordait pas d'entrevues, avant de raccrocher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer