La faiblesse du huard est bénéfique pour le tourisme

De Vancouver à Montréal, la faiblesse du dollar canadien s'avère une... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

De Vancouver à Montréal, la faiblesse du dollar canadien s'avère une bénédiction pour le secteur touristique.

Ébranlé par le bas prix du pétrole et une chute internationale du prix des ressources, le huard coûte environ 70 cents aux Américains, les incitant à voyager au nord de la frontière.

La présidente-directrice générale de l'Association des Hôtels du Grand Montréal, Eve Paré, affirme qu'il y a une augmentation des réservations de dernière minute, faites par des Américains qui s'organisent des escapades d'un weekend.

En décembre, les hôtels de la région de Montréal ont fait plus de 40 millions $, une hausse de plus de neuf pour cent par rapport à l'année précédente, selon Mme Paré.

Dans les bureaux de Tourisme Montréal, on a constaté cet été, entre juin et août, une augmentation de 10 pour cent du nombre de touristes américains.

Katie, une étudiante de 20 ans de l'Université McGill originaire de l'État de New York, affirme que la situation économique l'aide à payer ses frais d'étude, qui lui reviennent à «pratiquement rien». Lors d'une courte escapade avec son ami Jack, 21 ans, les deux ont dit avoir dépensé plus qu'à l'habitude dans des restaurants.

À la place Jacques-Cartier, dans le Vieux-Montréal, Adriana Carvalho, une touriste brésilienne de 43 ans, a raconté que son compagnon et elle prévoyaient d'abord visiter les États-Unis, mais qu'ils avaient changé d'idée à la dernière minute, pour profiter du taux de change avantageux. Le réal brésilien vaut 34 cents au Canada, alors qu'il en vaut 24 aux États-Unis.

ll y a aussi le ski qui les a attirés au Québec, ainsi que la possibilité d'acheter certaines choses qu'il n'y a pas au sud de la frontière, comme de la fourrure.

En Colombie-Britannique, Tourism Whistler, qui recense les séjours dans les hôtels du centre de villégiature au nord de Vancouver, indique que novembre et décembre 2015 ont été les mois les plus occupés jamais comptabilisés et que le dollar canadien est un «énorme incitatif» pour les Américains.

«L'humeur est très positive», a affirmé la porte-parole Patricia Westerholm, mentionnant au passage que les conditions de ski ont été fantastiques. «Cette énergie est vraiment palpable dans le complexe.»

Elle précise que l'organisation ne comptabilise pas le commerce en général, mais que les commerçants ont effectivement constaté une importante augmentation de la clientèle.

Joey Gibbons, le propriétaire de Gibbons Whistler, qui possède cinq bars, une brasserie et une distillerie, a affirmé qu'il y avait aussi plus de Canadiens au complexe couru pour ses pentes de ski.

«Les Canadiens comparent le huard avec le dollar américain chaque jour, donc ils viennent à Whistler plutôt que d'aller à Hawaï», a-t-il soutenu.

«Lorsque les Américains arrivent ici et réalisent l'aubaine et que leur économie est forte, ils achètent du champagne et des bons vins.»

La combinaison entre la valeur du dollar et les excellentes conditions de ski a été parfaite, a-t-il ajouté.

Partager

À lire aussi

  • Le gain de change, cet incompris

    Canada

    Le gain de change, cet incompris

    Les Canadiens ont encaissé de juteux gains de change depuis cinq ans. Le dollar américain a bondi de 45 % par rapport au huard, dont 16 % depuis 12... »

  • Rudy Le Cours | La Banque du Canada attend le budget fédéral

    Affaires

    La Banque du Canada attend le budget fédéral

    Même si l'économie canadienne est en panne depuis l'automne, la Banque du Canada choisit de reconduire sa politique monétaire telle quelle. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer