• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Sherbrooke: un revenu disponible inférieur à la moyenne québécoise 

Sherbrooke: un revenu disponible inférieur à la moyenne québécoise

Les Québécois ont le revenu disponible le plus faible au Canada, et ce, pour... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Les Québécois ont le revenu disponible le plus faible au Canada, et ce, pour une deuxième année consécutive, alors que ce revenu a stagné en 2014.

C'est ce qu'indiquent les dernières données sur le revenu disponible dévoilées lundi par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Le revenu disponible moyen par habitant, au Québec, s'est élevé à 26 046 $ en 2014, soit 14 pour cent de moins que la moyenne canadienne, qui se situe à 30 270 $, et près de 37 pour cent inférieur à celui de l'Alberta qui, malgré les difficultés économiques de la province, trône toujours au premier rang avec un revenu disponible de 40 495 $.

L'Institut attribue la dernière place du Québec à la rémunération des salariés, principale composante du revenu disponible, qui est «nettement plus faible que dans le reste du pays».

De plus, le revenu disponible a été stagnant: bien que les données montrent une augmentation de 1,5 pour cent du revenu en 2014, l'indice des prix à la consommation s'est accru de 1,4 pour cent, ne laissant qu'un très maigre 0,1 pour cent aux ménages, soit la plus faible croissance en neuf ans.

Sur le plan régional, deux régions du Québec ont connu des baisses de revenu disponible, soit l'Outaouais, qui a vu un recul de 0,6 pour cent, et la Côte-Nord, où le recul minime de 0,1 pour cent n'a pas empêché cette région de demeurer dans le peloton de tête avec un revenu disponible moyen de 26 917 $ qui la place au troisième rang des 17 régions administratives de la province.

La palme, toutefois, revient à la Montérégie, où le revenu disponible moyen se situe à 27 246 $, suivie de la Capitale-Nationale, avec 27 219 $.

À l'autre bout du spectre, les régions du Bas-Saint-Laurent (23 317 $), de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (23 324 $) et de la Mauricie (23 555 $) occupent les trois derniers rangs.

Quant aux régions métropolitaines, Montréal est la seule parmi les six du Québec à avoir vu une croissance supérieure à la moyenne provinciale, avec une augmentation de 1,9 pour cent qui lui a permis d'atteindre 26 758 $, ce qui ne fut toutefois pas suffisant pour rattraper Québec qui, en dépit d'une croissance plus lente, est demeurée devant la métropole avec un revenu disponible de 27 179 $.

De leur côté, les régions métropolitaines de Gatineau (25 547 $), de Saguenay (24 879 $), de Trois-Rivières (24 093 $) et de Sherbrooke (23 813 $) affichent un revenu disponible par habitant inférieur à la moyenne québécoise.

Le revenu disponible représente le montant qui reste à la disposition des ménages pour la consommation finale de biens et de services ainsi que pour l'épargne, une fois les impôts et cotisations déduites des revenus de salaire, des revenus de propriété, de prestations et autres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer