• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Les prix du marché résidentiel ont été stables au 4e trimestre 

Les prix du marché résidentiel ont été stables au 4e trimestre

Les prix du marché résidentiel de la région... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les prix du marché résidentiel de la région de Sherbrooke sont demeurés relativement stables lors du quatrième trimestre, selon L'Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché de Royal LePage.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les prix du marché résidentiel de la région de Sherbrooke sont demeurés relativement stables lors du quatrième trimestre, selon L'Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché de Royal LePage.

En effet, le prix médian pour l'agrégat des différents types de maisons dans la région de Sherbrooke s'est établi à 227 592 $, soit une hausse de 0,5 pour cent par rapport au quatrième trimestre de l'année précédente. À la suite des élections fédérales, on a observé que le marché immobilier s'est maintenu, alors que plusieurs experts s'attendaient à un ralentissement.

« L'incertitude des consommateurs face aux élections fédérales cause normalement un léger ralentissement du marché immobilier, mais cette fois-ci, il semble être passé un peu plus inaperçu », rapporte Jean-François Bérubé, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Évolution.

L'Étude dévoile que le prix des maisons individuelles de plain-pied a connu une légère hausse de 1 pour cent, et se situe désormais à 207 552 $, tandis que le prix des maisons à deux étages a diminué de 0,3 pour cent sur douze mois, pour atteindre 260 828 $. Ces variations démontrent que le marché immobilier s'est maintenu dans la région de Sherbrooke, comparativement au quatrième trimestre de 2014. Quant aux ventes, le nombre d'unités vendues de maisons à deux étages est demeuré stable, tandis que les ventes de maisons de plain-pied ont augmenté de 11,5 pour cent.

« Actuellement, les baby-boomers se départissent de leurs maisons familiales et influencent le marché en faisant l'acquisition de propriétés qui répondent mieux à leurs besoins en vue de la retraite, comme les maisons de plain-pied et les appartements en copropriété, explique M. Bérubé. D'autre part, les jeunes familles qui démontrent un intérêt pour l'achat de maisons à deux étages, par exemple, sont plus endettées que les générations précédentes et l'accession à la propriété est alors plus ardue. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer