Chambre de commerce: la retraite pour Alain Côté

Alain Côté... (Photo Facebook)

Agrandir

Alain Côté

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond (CCID), Alain Côté, quittera ses fonctions à la fin du mois de mars.

Nommé en 2006, M. Côté est le 24e directeur général de l'histoire de la CCID. Il est celui qui a réalisé le deuxième plus long mandat après Jacques Mathieu qui a cumulé 16 ans à ce poste, de 1987 à 2003. Pour le gestionnaire, cet emploi a été l'un des plus beaux cadeaux de sa vie professionnelle.

« J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à faire ce travail. Au fil des années, je me suis entouré de personnes extraordinaires et fort compétentes qui ont permis à la Chambre drummondvilloise de devenir l'une des chambres de commerce les plus performantes au Québec. Nous avons été cités de nombreuses fois en exemple un peu partout à travers le Québec pour nos réalisations », affirme-t-il.

M. Côté entamera bientôt sa « retraite d'un travail régulier au quotidien », mais continuera à s'impliquer au sein de divers conseils d'administration à titre bénévole.

Il désire oeuvrer auprès d'organismes qui permettent à Drummondville de rayonner à travers le Québec.

« Je suis un Drummondvillois de naissance, j'adore Drummondville et je vais continuer à être un acteur de son développement sous toutes ses formes », dit Alain Côté, spécifiant qu'il demeure disponible pour certains mandats temporaires ou à temps partiel. Après le 31 mars, date officielle de fin d'emploi, M. Côté demeurera disponible pour assurer la bonne marche des activités de la Chambre et une saine transition des dossiers en cours.

Des projets

Les voyages « sac à dos » ont fait partie du quotidien d'Alain Côté au fil des ans et il se promet de s'en « taper » quelques-uns au cours des années à venir afin de découvrir et d'apprivoiser de nouveaux coins de pays.

Curieux de nature, il entend également retourner sur les bancs d'école, à l'Université de Sherbrooke.

« Je veux suivre sur une base régulière des cours offerts par l'Université du 3e âge, de l'Université de Sherbrooke. L'actualité internationale m'intéresse énormément, annonce-t-il. Je suis à l'aube de mes 65 ans et c'est l'âge parfait pour commencer en force, mais de façon différente ».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer