La croissance devrait s'accélérer en Estrie en 2016

À l'instar du Québec, la croissance économique de... (Archives, La Presse)

Agrandir

À l'instar du Québec, la croissance économique de l'Estrie devrait être moins rapide en 2015 qu'en 2014, alors qu'une accélération est attendue en 2016.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À l'instar du Québec, la croissance économique de l'Estrie devrait être moins rapide en 2015 qu'en 2014, alors qu'une accélération est attendue en 2016. Cependant, au cours de cette période, la progression du PIB nominal de la région demeurera moins vigoureuse que celle de la moyenne provinciale, révèle le rapport Survol et prévisions économiques publié jeudi par Desjardins.

Les perspectives sont plutôt modestes en ce qui a trait au marché du travail estrien en 2015, alors qu'une stabilisation de l'emploi est attendue et que le taux de chômage ne diminuera que légèrement. Une amélioration est toutefois prévue en 2016, et ce, en lien avec une croissance économique plus robuste.

Le secteur manufacturier devrait bénéficier de l'accélération de l'économie américaine et de l'évolution du huard sous la parité, alors que le secteur des services profitera de la hausse du revenu personnel disponible et de la population pour poursuivre son expansion. En parallèle, la relance graduelle du secteur forestier, soutenue notamment par l'amélioration du marché résidentiel américain, devrait bénéficier aux communautés rurales, dont l'économie est davantage orientée sur l'exploitation des ressources naturelles.

Toutefois, pour certaines localités, des défis demeurent, surtout au chapitre de la main-d'oeuvre, ce qui pourrait ralentir momentanément la reprise anticipée dans certains de ces marchés.

De leur côté, les investissements se maintiendront vraisemblablement à des niveaux avoisinant la moyenne des cinq dernières années, soit aux alentours de 2,2 G$.

La présence du Fonds de diversification économique de la MRC des Sources continuera aussi à soutenir le développement et l'expansion de l'économie par la concrétisation de projets porteurs. Desjardins note, entre autres, l'entreprise Alliance Magnésium qui exploitera une usine de production de magnésium et le fabricant de produits pharmaceutiques KABS qui implantera aussi une nouvelle usine à Asbestos. De même, le Fonds d'aide à l'économie de Lac-Mégantic, pour soutenir la restructuration de la ville, continuera de mettre de l'avant divers projets.

À ce titre, l'entreprise Bestar réalisera l'acquisition d'équipements spécialisés et Duchesne Lac-Mégantic fabriquera des produits de pierres naturelles.

Des mesures pour stimuler l'entrepreneuriat ont été déployées afin de favoriser la diversification économique de la région. À titre d'exemple, Desjardins cite la création du Pôle d'intelligence d'entreprise ainsi que l'élaboration d'une stratégie et d'un plan d'action 2016-2018 pour repositionner Sherbrooke.

Malgré une croissance économique plus modérée en 2015, plusieurs industries de l'Estrie afficheront un bon dynamisme, dont la filière des produits en caoutchouc et des produits métalliques.

De plus, les secteurs du tourisme et des technologies de l'expansion demeurent vigoureux e t bien présents.

Démographie

Toujours selon le rapport de Desjardins, la population de l'Estrie devrait augmenter de 3,4 % de 2011 à 2016, ce qui sera toutefois moins rapide qu'en regard des cinq années précédentes alors que la cadence s'est élevée à 4,2 %.

C'est l'apport de la migration qui continuera le plus à soutenir l'accroissement démographique de la région. À ce chapitre, la contribution de la migration internationale demeurera plus importante que celle interrégionale.

En effet, de 2011 à 2016, le solde migratoire international devrait avoisiner 6580 personnes contre 2 080 du côté interrégional.

La croissance de la population estrienne n'est pas uniforme entre les MRC et le territoire équivalent (TE) de Sherbrooke. En raison d'un vieillissement démographique plus prononcé, notamment, la MRC du Granit a affiché un fléchissement de sa population depuis quelques années.

À l'opposé, le TE de Sherbrooke a enregistré une forte progression du nombre de résidents soutenue par l'apport de la migration inter-MRC et par un accroissement naturel (naissances-décès) positif.

En 2014, près de 51 % de la population estrienne était concentrée sur le TE de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer