Une nouvelle usine bien de son temps

La nouvelle usine de Soprema, située à l'angle... (Photo fournie)

Agrandir

La nouvelle usine de Soprema, située à l'angle des autoroutes 20 et 55 à Drummondville, a déjà remporté le Prix d'excellence en immobilier remis par l'Institut de développement urbain du Québec et est en voie d'obtenir sa certification LEED or.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Près de trois ans après en avoir fait l'annonce, la direction de Soprema a inauguré officiellement sa toute première usine de fabrication d'isolant de polyisocyanurate en Amérique du Nord lundi matin. Construite au coût de 43 millions $, cette nouvelle unité se démarque tant par sa conception que par le produit qu'on y fabriquera.

La nouvelle usine de Soprema, située à l'angle des autoroutes 20 et 55 à Drummondville, a déjà remporté le Prix d'excellence en immobilier remis par l'Institut de développement urbain du Québec et est en voie d'obtenir sa certification LEED or.

« L'équipe de projet a eu le souci d'adopter des pratiques de construction et d'aménagement écoresponsables. Parmi les moyens utilisés, il y a notamment des murs solaires, de l'éclairage DEL, une toiture blanche, des bornes pour voitures électriques, une gestion des eaux de pluie, des améliorations au système de ventilation, des mesures d'efficacité énergétique, une utilisation de matériaux locaux et le remplacement de l'asphaltage par du béton compacté roulé blanc pour diminuer les îlots de chaleur », explique le vice-président directeur de Soprema, Richard Voyer.

L'isolant le plus performant

Le polyisocyanurate fabriqué par Soprema se démarque également par sa capacité d'isolation. Les panneaux, dont on amorce la commercialisation cette semaine, peuvent atteindre un facteur d'isolation de R42, ce qui en fait le produit le plus performant du marché. Les panneaux peuvent être utilisés pour diverses applications, dont l'isolation de toitures. D'ailleurs, le polyisocyanurate constitue actuellement le meilleur produit sur le marché pour répondre aux exigences climatiques des édifices commerciaux, institutionnels et industriels.

« Le bâtiment est responsable de l'émission de 40 % du CO2 et de 30 % des gaz à effet de serre. Nous avons un grand travail à faire pour améliorer l'isolation et réduire la quantité d'énergie utilisée pour le chauffage de ces coquilles. La meilleure façon d'économiser l'énergie est de ne pas la consommer et c'est ce que nous proposons », affirme le président de Soprema, Pierre-Étienne Bindschedler.

Retour sur la construction

La nouvelle usine de Soprema est d'une superficie de 22 500 mètres carrés (243 000 pieds carrés), elle est érigée sur un terrain d'une superficie approximative de 150 000 mètres carrés (1 700 000 pieds carrés). La première pelletée de terre a été effectuée le 21 mai 2014 et les premiers équipements de l'usine, dont un gigantesque convoyeur et huit réservoirs provenant d'Italie, ont été livrés à l'automne 2014. L'installation des machines et des conteneurs s'est faite jusqu'au mois de mars 2015. Quant aux 26 employés de l'usine, ils ont emménagé dans leurs nouveaux bureaux en mai 2015.

Au printemps 2015, l'entreprise a eu la confirmation que la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada allait construire une voie ferrée jusqu'à l'usine afin de faciliter le transport des matières premières. Le premier train a fait son arrivée le 23 novembre dernier.

L'été 2015 a été une période de tests et de rodage pour la production des panneaux de polyisocyanurate. C'est depuis octobre que Soprema est en mesure de desservir sa clientèle dans un rayon de 800 km autour de Drummondville, ce qui englobe les régions de Toronto, du nord-est des États-Unis, de Montréal et des Maritimes.

Ce projet, qui a été rendu possible en partie par des contributions gouvernementales de 13,5 millions $, a permis la création de 26 emplois à ce jour et une vingtaine d'autres personnes devraient se joindre à l'équipe une fois à maturité. On prévoit que des centaines d'emplois seront aussi générés chez les fournisseurs et les entreprises locales de transport.

Le ministre responsable du Centre-du-Québec, Laurent Lessard, le... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 2.0

Agrandir

Le ministre responsable du Centre-du-Québec, Laurent Lessard, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, le président de Soprema, Pierre-Étienne Bindchedler, et le vice-président directeur de Soprema, Richard Voyer. 

La Tribune, Yanick Poisson

La première d'une série d'usines

« Il y a deux autres technologies que nous sommes sur le point d'acquérir. Pour nous, il s'agit d'une suite logique. Nous nous sommes longtemps concentrés sur la membrane et cette percée en isolation nous ouvre plusieurs portes », confirme-t-il.

C'est bien connu que Soprema aime bien Drummondville et l'inauguration de lundi en est une preuve tangible, mais M. Voyer ne s'est pas avancé sur la localisation de ces nouvelles usines. « On est à travailler là-dessus. C'est sur la planche à dessin. Il y aura des annonces en temps et lieu », précise-t-il.

Une occasion de différenciation

Le nouveau produit de polyisocyanurate de Soprema est mis en vente cette semaine et on s'attend à ce qu'il connaisse un succès fou. L'entreprise française se démarque par la qualité de son isolation, mais également par son emballage clair qui devrait permettre aux constructeurs d'économiser temps et argent.

« Dans le domaine, on dit que tous les produits sont semblables. Il y a donc une belle occasion de différenciation. Nous aurons beaucoup d'éducation à faire. Même s'il a la même forme et la même apparence, le produit est révolutionnaire », indique le vice-président.

M. Voyer estime également que Soprema bénéficiera du contexte mondial en marge de la COP21. Il suffit que certains pays optent pour des normes d'isolation plus grande en construction pour que l'entreprise obtienne rapidement la palme.

« Je le souhaite. Pas tant pour la rentabilité de notre entreprise, mais plutôt pour notre environnement. Il s'agit d'une réalité mondiale. Notre offre s'inscrit en réponse directe avec le sommet de Paris », indique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer