• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Les soldes du « Vendredi fou » n'ont pas fait grimper les ventes 

Les soldes du « Vendredi fou » n'ont pas fait grimper les ventes

«Vendredi noir», «vendredi exceptionnel», «vendredi en folie», «vendredi... (Associated Press)

Agrandir

«Vendredi noir», «vendredi exceptionnel», «vendredi en folie», «vendredi fou»... les soldes rivalisent de hauteur, atteignant de 50 à 65 %. Et on étire la sauce sur plusieurs jours, même en ligne avec le Cyberlundi.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les nombreux soldes du «Vendredi fou» dans les commerces n'auraient pas fait grimper les ventes au détail au Canada depuis 2006, à l'exception de certains secteurs.

Statistique Canada indique mardi que de 2006 à 2014, la proportion des ventes au détail annuelles durant les mois de novembre et décembre combinés est passée de 18,3 à 17,8 pour cent.

Plus précisément, durant le mois de novembre, la proportion des ventes annuelles est restée plutôt stable, passant de 8,4 à 8,5 pour cent durant cette période, tandis que celle de décembre est passée de 9,9 à 9,3 pour cent.

Le phénomène varie toutefois selon le secteur de ventes.

Ainsi, la proportion des ventes annuelles réalisées durant le mois de novembre a augmenté, et même de façon importante pendant cette période, pour trois secteurs, soit les magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires, les magasins d'appareils électroniques et ménagers, de même que les magasins d'articles de sport, de passe-temps, de musique et de livres.

Le «Vendredi fou» lance traditionnellement la période des achats des Fêtes. Il vient des États-Unis, où il coïncide avec le congé de l'Action de grâces.

Le Carrefour de l'Estrie a été littéralement pris... (Imacom, René Marquis) - image 2.0

Agrandir

Le Carrefour de l'Estrie a été littéralement pris d'assaut par les chasseurs d'aubaines à l'occasion du Vendredi fou. 

Imacom, René Marquis

Plus fou au Carrefour

Le Carrefour de l'Estrie a été littéralement pris d'assaut par les chasseurs d'aubaines à l'occasion du Vendredi fou. L'achalandage était tel en après-midi qu'il était impossible de trouver une place pour garer sa voiture dans le vaste stationnement du centre commercial. Plusieurs clients ont dû se rendre dans les rues avoisinantes, tandis que d'autres, ayant prévu le coup, se sont rabattus sur le transport en commun, lui aussi très achalandé.

« C'est tout simplement exceptionnel! a reconnu Sophie Breault, directrice du marketing du Carrefour de l'Estrie. Depuis trois ou quatre ans, on célèbre le Vendredi fou un peu comme le font les Américains depuis plusieurs années. Il y a beaucoup de monde et les gens achètent. Les ventes sont exponentielles », a-t-elle ajouté.

Selon Mme Breault, une quarantaine de commerçants avaient d'ailleurs prévu le coup en ouvrant leurs portes dès 8 h plutôt que d'attendre à 9 h 30. « Ce n'était pas plein, mais il y avait quand même pas mal de monde dès l'ouverture », a-t-elle relaté.

Un achalandage similaire a été observé dans d'autres commerces à grandes surfaces tels que Best Buy, Costco ainsi que sur le Plateau Saint-Joseph.

Aux États-Unis, le « Black Friday », qui suit immédiatement la Thanksgiving (Action de grâce), est considéré comme le coup d'envoi de la période des Fêtes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer