Mario Côté achète l'usine de Viandes Laroche

L'homme d'affaires Mario Côté mettra à exécution son plan d'achat de l'usine... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'abattoir Viandes Laroche, d'Asbestos, peut servir à la transformation de viande de canard. L'homme d'affaires Mario Côté mettra donc à exécution son plan d'achat de l'usine qui a cessé ses opérations le 15 octobre dernier.

M. Côté prévoit être en mesure d'atteindre le même niveau d'employés que lors de la fermeture de l'abattoir servant à l'origine à la viande de boeuf.

Rappelons que son entreprise, Canards de Lac-Brome, avait été choisie par le syndic pour se porter acquéreur des installations d'Asbestos.

À La Tribune, M. Côté a mentionné que les vérifications diligentes effectuées depuis n'étaient pas complétées, mais qu'elles lui en avaient assez dit pour lancer son projet de conversion.

Il ne pouvait dire à quelle date exactement, il prendrait possession des lieux.

Les prochaines semaines seront consacrées à l'étude des lieux par ses ingénieurs à savoir comment pourra-t-on adapter l'usine pour la transformation du canard.

Rappelons que le syndic Raymond Chabot doit statuer sur l'avenir de l'entreprise Les Viandes Laroche qui s'est vu dans l'obligation de cesser ses opérations le 15 octobre dernier.

Un peu plus d'une centaine de personnes ont perdu leurs emplois.

Pour l'achat en bloc ou à la pièce des bâtiments et équipements, huit offres avaient été déposées pour le rachat des installations d'Asbestos.

De ces huit propositions, seulement deux visaient l'ensemble des actifs alors que les six autres ouvraient la porte à un démantèlement potentiel de l'entreprise.

La première proposition globale a été déposée par Mario Côté, homme d'affaires de Stoke propriétaire de fermes porcines, de meuneries et de Canards de Lac-Brome.

La seconde offre est celle de Claude Laroche, le président de Viandes Laroche, au montant d'un peu plus de 1,4 M$, lequel espère toujours récupérer et relancer son entreprise.

La valeur de l'entreprise de 51 000 pieds carrés construite en 2010, à la fine pointe de la technologie dans le domaine de l'abattage et de la coupe de viandes, a vu ses actifs évalués à approximativement 6,5 millions $.

L'usine d'Asbestos deviendra le deuxième abattoir de l'entreprise Canard du Lac-Brome. 

 - Avec Luc Larochelle

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer