Huit entreprises sherbrookoises se partagent 180 000 $

Le président de la Chambre de commerce de... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le président de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Bruno Lavoie, à droite, pose en compagnie de représentants d'entreprises récipiendaires d'une aide globale de 180 000 $ dans le cadre du programme Prêt à entreprendre. De gauche à droite, ce sont Flavio Gutierrez (Tech-sport), Renaud Lafortune et Dragan Tutic (Oneka Technologies), et Antoine Larkin-Turgeon (Usinage ALT).

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À titre de mandataire du programme Prêt à entreprendre, la Chambre de commerce de Sherbrooke distribue 180 000 $ pour soutenir de nouvelles entreprises de la région. La CCS en a fait l'annonce, hier, en précisant que depuis 25 mois, des prêts totalisant 515 000 $ ont été octroyés à des entrepreneurs de l'Estrie et du Centre du Québec dans le cadre de ce même programme qui vise à encourager la croissance et la pérennité des jeunes entreprises.

« Depuis toujours, notre chambre de commerce a pour vocation d'encourager et de promouvoir l'entrepreneuriat et la liberté d'entreprendre de la région, rappelle le président de la CCS, Bruno Lavoie. Par ce programme, c'est un vaste réseau qui se met au service de nos nouveaux entrepreneurs. Cet appui de toute la communauté d'affaires et le partage d'expertise sont un gage supplémentaire de succès de ces jeunes entreprises. »

À Sherbrooke, ce sont sept entreprises qui recevront une aide financière variant entre 10 000 et 30 000 $ soit Mobilus technologies, Arboquebecium, Tech-sport, Oneka Technologies, BioIntelligence Technologies, Usinage ALT et Concept GeeBee. L'Érablière aux Petits Plaisirs de Warwick est pour sa part la seule candidature retenue pour le Centre du Québec.

« Cette aide est un tremplin qui nous permettra de finaliser le développement de notre système et de le présenter aux clients pour ensuite entrer dans notre phase de commercialisation », résume Dragan Tutic, cofondateur avec Renaud Lafortune d'Oneka Technologies, une entreprise qui se spécialise dans la production d'eau potable à partir du mouvement des vagues. « C'est une méthode qui demande beaucoup moins d'énergie que ce qui se fait actuellement. Elle permettra aux communautés côtières d'avoir accès plus facilement à l'eau potable, un grand enjeu du 21e siècle », ajoute le jeune entrepreneur.

Fonds de roulement

Pour Tech-sport, un atelier d'entretien et réparation d'articles de sport, cet argent permettra d'acheter des équipements permettant d'allonger la vie utile des vélos, raquettes, skis et des patins.

Même son de cloche chez Usinage ALT. « L'argent me permettra d'acheter de l'équipement et me fournira aussi le fonds de roulement nécessaire à l'obtention de plus gros contrats », résume le fondateur de l'entreprise, Antoine Larkin-Turgeon.

Prêt à entreprendre offre un accompagnement global aux entrepreneurs par l'attribution de prêts d'honneur sans intérêt ni garantie d'une valeur pouvant atteindre 30 000 $, jumelée à du mentorat et à un appui technique.

Le prêt sert souvent d'équité de départ permettant d'avoir accès à un financement plus important. « L'argent versé représente en moyenne un cinquième du montage financier des entreprises en démarrage », précise Louise Bourgault, vice-présidente et directrice générale de la CCS.

Cette initiative, unique au pays, a été réalisée grâce à la collaboration du Ministère Économie, Innovation et Exportations, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Mouvement Desjardins et Capital régional et coopératif Desjardins, de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), de la Fondation de l'entrepreneurship (FDE) et de Québecor. Le budget total est de l'ordre de 7 M$.

À l'issue des cinq ans sur lesquels s'échelonne le programme, jusqu'à 300 entrepreneurs les plus prometteurs du Québec auront tiré profit d'un financement et d'un accompagnement par une équipe de mentors bénévoles.

La Chambre encourage ses membres à découvrir le Programme COREX

La Chambre de commerce de Sherbrooke devient ambassadrice du nouveau Programme COREX de la FCCQ.

Le Programme COREX de la FCCQ offre des outils gratuits et faits sur mesure pour les entreprises désireuses d'exporter dans le nord-est des États-Unis.

Constitué d'un portail d'information et d'une plateforme de maillage B2B, le Programme COREX a pour objectif de faciliter et favoriser les échanges commerciaux entre le Québec et les sept États du nord-est des États-Unis, soit les États de la Nouvelle-Angleterre et l'État de New York. Représentant plus du tiers des exportations québécoises à destination, il s'agit certes d'un marché naturel à fort potentiel pour les entreprises de l'Estrie. Le Programme COREX est composé de deux outils Web (le portail COREX et la plateforme de maillage B2B Opportunités COREX) pour aider les entrepreneurs québécois dans le développement de leurs marchés d'exportation et dans la création d'un réseau de partenaires d'affaires au sud de la frontière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer