Sherbrooke tend la main aux entrepreneurs

Josée Fortin, directrice générale chez Sherbrooke Innopole, et... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Josée Fortin, directrice générale chez Sherbrooke Innopole, et Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, sont confiants que les nouvelles mesures mises de l'avant aideront à mousser la culture entrepreneuriale de Sherbrooke.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Sherbrooke tend la main aux entrepreneurs par la mise sur pied de projets concrets visant à répondre à leurs besoins.

Les mesures annoncées par le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, ainsi que Josée Fortin, directrice générale chez Sherbrooke Innopole, prennent place dans le cadre de la Semaine Entreprendre Sherbrooke et sont le fruit de nombreuses discussions avec des entrepreneurs; le but étant d'éliminer le plus d'irritants possible dans le long parcours qui mène à la création d'entreprises.

Dès 2016, un édifice multilocatif réservé aux jeunes entreprises en sciences de la vie sera érigé dans le Parc scientifique situé près du CHUS - Fleurimont. La nouvelle infrastructure offrirait des locaux abordables à ces jeunes entreprises et serait dotée d'équipements et d'espaces communs de type laboratoire. Ce projet avait été identifié, avec le démarrage de l'incubateur Espace-INC, comme une infrastructure essentielle pour répondre aux besoins des jeunes entrepreneurs, et avait fait l'objet d'un engagement dans la planification stratégique 2014-2018 de Sherbrooke Innopole.

« Nous avons vérifié s'il valait mieux prendre une bâtisse existante et la reconvertir, mais ça coûtait trop cher. On arrive donc à la conclusion qu'il faut bâtir quelque chose de nouveau. Le fait de l'installer dans le Parc scientifique permet de créer une belle synergie : les entreprises en sciences de la vie travaillent beaucoup avec le CHUS, l'institut de pharmacologie, le pavillon de recherche appliqué sur le cancer... On va bonifier cet écosystème et dans le futur, nous serons en mesure d'intéresser de nouvelles entreprises à venir s'implanter à proximité », explique Mme Fortin.

Le projet sera étudié par le conseil au cours des prochaines semaines. Mme Fortin affirme qu'il est trop tôt pour dévoiler le coût de la nouvelle construction, se contentant de dire qu'il s'agit de « quelques millions ». « Le financement sera un partenariat public-privé », précise-t-elle.

L'achat de terrains industriels simplifié

Une étude comparative menée par Sherbrooke Innopole a révélé que la politique de prix actuelle occasionne non seulement des délais importants pour les entrepreneurs, mais que le coût des terrains à Sherbrooke est 30 % plus cher que les villes comparables ou avoisinantes.

Une nouvelle politique de prix des terrains industriels, qui établira un coût fixe incluant les travaux permanents, a été élaborée au cours des derniers mois et déposée récemment au conseil municipal.

« Sherbrooke Innopole, de concert avec les services juridiques, des finances et de l'urbanisme de la Ville de Sherbrooke, nous a présenté une nouvelle politique tarifaire qui permettra non seulement de simplifier et accélérer les démarches d'acquisition de terrains, soutient Bernard Sévigny, mais de rendre Sherbrooke beaucoup plus compétitive face aux autres villes pour des projets d'implantation ou de relocalisation. »

Josée Fortin a aussi dévoilé que deux nouveaux fonds d'investissement destinés aux startups innovantes à haut potentiel ont été créés récemment par Sherbrooke Innopole afin de répondre aux besoins spécifiques des jeunes entreprises pendant la période qui précède la commercialisation, où elles ont souvent des dépenses importantes et très peu de revenus.

« Le fonds d'amorçage est plus petit et le fonds de précommercialisation est plus important », indique Mme Fortin, sans préciser de somme.

Quatre dossiers sont déjà à l'étude dans le cadre de ces fonds d'investissement.

Un comité de travail

M. Sévigny a annoncé la mise sur pied d'un comité de travail chargé de trouver le plus rapidement possible des solutions concrètes afin d'atténuer les irritants associés à une certaine lourdeur administrative de l'appareil municipal. Les entrepreneurs y seront représentés, de même que la Direction de la gestion du territoire de la Ville de Sherbrooke, Sherbrooke Innopole, Commerce Sherbrooke et la mairie.

« Tout le processus sera révisé de façon à offrir un guichet unique pour l'entrepreneur et la division des permis devra s'adapter : elle devra analyser plus rapidement des demandes de permis pour des entreprises au lieu que ce soit noyé dans le flot quotidien. C'est la réorientation que l'on donnera au service; il y aura un réaménagement administratif et une relocalisation de ressources pour donner le meilleur service aux entrepreneurs », soutient M. Sévigny qui admet que Sherbrooke a perdu plusieurs entrepreneurs à cause de la lourdeur des démarches administratives.

« On entend souvent ''c'est dur de faire des affaires à Sherbrooke'' et c'est ce que nous voulons changer », souligne le maire.

Le comité de travail doit être formé dans les prochains mois et les services municipaux devront procéder à une réorientation de leurs services dès cet hiver.

Une publication récente de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes place Sherbrooke au 47e rang comme ville entrepreneuriale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer