• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Création d'une SDC au centre-ville : un référendum sera nécessaire 

Création d'une SDC au centre-ville : un référendum sera nécessaire

Un référendum sera nécessaire pour déterminer si une... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Un référendum sera nécessaire pour déterminer si une société de développement commercial (SDC) verra le jour au centre-ville de Sherbrooke.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un référendum sera nécessaire pour déterminer si une société de développement commercial (SDC) verra le jour au centre-ville de Sherbrooke. Il y avait tenue d'un registre, mardi à l'hôtel de ville, où les opposants au projet pouvaient se faire entendre. Un total de 80 signatures ont été recueillies, alors que 62 étaient nécessaires pour forcer la tenue du référendum.

Les résultats seront officiellement déposés au conseil municipal lundi prochain, moment auquel la date du référendum sera annoncée. Le vote se tiendra un dimanche, vraisemblablement après Noël. Les personnes ayant droit de vote seront avisées par courrier.

Le président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville, Jean-François Bédard, se disait déçu mais pas abattu. « Nous espérions que ça passe, mais nous ne nous attendions pas à grand-chose. Ce sont 80 personnes qui ont signé le registre alors que nous sommes 510 établissements admissibles, donc c'est encore la majorité qui est pour. C'est sûr qu'il y aura un référendum pour y aller avec la majorité et pas seulement ceux qui sont contre. »

Le résultat du référendum sera tranché à la majorité sans qu'un seuil minimum doive être atteint. M. Bédard estime qu'il réussira à mobiliser suffisamment de gens pour le projet et que la SDC pourra voir le jour. « La SDC, c'est un mouvement positif. Tous ceux qui ont à coeur le développement du centre-ville ne peuvent pas être contre une SDC. J'ai passé les deux derniers jours au téléphone pour expliquer aux gens comment ça se passerait et tout le monde semblait ravi. Je continue de penser qu'il y a plus de gens pour que contre. J'ai confiance que les gens qui ont à coeur leur centre-ville prendront cinq petites minutes pour venir voter. »

Jean-François Bédard espère récolter 200 votes pour la SDC et souhaite une victoire par une large majorité.

« J'ai hâte de voir si c'est un secteur en particulier qui s'est opposé. Quand nous avons envoyé la lettre recommandée, nous savons que des gens se posaient des questions sur la cotisation, les OBNL et les travailleurs autonomes entre autres. Nous verrons, si c'est majoritairement ces gens-là, nous pourrons peut-être nous ajuster à eux en apportant des rectifications. Nous ferons un travail de terrain pour sensibiliser les gens à la cause et leur dire que c'est un mouvement positif. On dit souvent que Wellington Sud et Alexandre ont besoin d'amour et une SDC est une solution qui est proposée pour ça. »

Si elle est créée, la SDC aurait ses locaux à la Chambre de commerce de Sherbrooke. Tous les établissements d'affaires du centre-ville deviendraient automatiquement membres et devraient cotiser pour un montant de 50 $ pour les OBNL, 100 $ pour les commerces ayant une superficie de moins de 500 pieds carrés, 200 $ pour ceux ayant une superficie de 500 à 1000 pieds carrés et 300 $ pour les autres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer