Un des projets de relance de Viandes Laroche avorte

Une soixantaine de producteurs formant le Groupe Viandes... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Une soixantaine de producteurs formant le Groupe Viandes sélectionnées des Cantons ne pourra acquérir l'abattoir Viandes Laroche.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Un projet de relance sérieux de l'abattoir Viandes Laroche a avorté pendant que la mobilisation bat son plein chez les ex-employés, la population d'Asbestos et les intervenants du milieu. De plus, le concept « Viandes sélectionnées des Cantons » qui caractérisait cette entreprise apparaît définitivement compromis dans son cadre actuel.

En entrevue avec La Tribune, le président du groupe Viandes sélectionnées des Cantons, Réal Carrier, a confirmé avoir déposé une offre au nom des 60 producteurs de bovins membres, pour se porter acquéreur de Viandes Laroche et relancer la production avec le même créneau. « Notre proposition a été rejetée et était meilleure que celles déposées quelques jours plus tard devant le syndic. »

Devant ce refus, le Groupe VSC a reçu des offres de transformateurs et de distributeurs. « Nous sommes maintenant plus ou moins intéressés à avoir un abattoir et à l'opérer. De nouvelles solutions nous ont été proposées et nous sommes mieux de mettre les énergies du Groupe VSC dans notre mandat premier, qui est l'achat des veaux de producteurs, l'engraissement des bêtes et la vente des bouvillons préalable à l'abattage. Nous conservons, il va de soi, la traçabilité de l'animal, le concept d'élevage sans antibiotiques et sans hormones de croissance, le bien-être animal, ce qui fait notre force. »

«Nous allons amorcer des travaux d'abattage dès lundi avec de nouveaux partenaires et la distribution d'ici une semaine.»


Selon M. Carrier, il est peu probable que la position de son groupe puisse être réévaluée si le syndic retourne en appel d'offres pour l'achat global de l'entreprise. De plus, le démantèlement par vente des équipements et installations demeure possible.

« Nous allons amorcer des travaux d'abattage dès lundi avec de nouveaux partenaires et la distribution d'ici une semaine. Avec l'acquisition de Viandes Laroche, notre énergie aurait été mise sur l'abattoir plutôt que sur nos projets de développement de la viande du Québec», a-t-il dit.

Perspectives encourageantes

Révélé récemment par l'Organisation monsiale de la santé, le danger cancérigène d'une forte consommation de la viande de boeuf n'a nullement ébranlé le président du groupe Viandes sélectionnées des Cantons. « Au contraire, la nouvelle est très bonne pour nous. Les gens commencent à réfléchir en terme d'alimentation. Ils recherchent une alimentation de qualité, quitte à diminuer la quantité, encouragent la production de proximité, veulent savoir d'où viennent les produits qu'ils consomment. Ce n'est pas la viande comme telle qui est cancérigène, c'est ce que l'on donne aux animaux à manger, ce avec quoi on les pique. La surtransformation de la viande avec toutes sortes de produits est le véritable danger. »

Il confirme que plusieurs distributeurs se tournent vers eux pour obtenir une viande de qualité, des clients de Viandes Laroche veulent continuer à offrir dans leurs commerces cette viande de qualité. Les perspectives d'avenir demeurent très encourageantes.

En revanche, l'avenir de Viandes Laroche lui paraît sombre, l'entreprise ayant cumulé une dette importante, faisant face à la concurrence américaine, des difficultés d'approvisionnement et des fluctuations du marché du boeuf. « Si le milieu avait voulu se coller assez rapidement à nous, nous serions probablement là avec cet abattoir. Ils nous ont laissé trop peu de temps pour nous organiser, mettre en place un plan de remplacement. Nous ne voulions pas que le boeuf VSC disparaisse. Notre capacité d'approvisionnement exclusif pour les bovins du modèle VSC n'a pas fait défaut à l'entreprise, c'est celui du marché conventionnel qui était en restreint pour eux », a-t-il tenu à préciser.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer