• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Contrat de l'échangeur Turcot: la part du lion à Supermétal Sherbrooke 

Contrat de l'échangeur Turcot: la part du lion à Supermétal Sherbrooke

L'unité de production sherbrookoise de la compagnie Supermétal remporte la part... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'unité de production sherbrookoise de la compagnie Supermétal remporte la part du lion dans le contrat de construction des ponts de l'échangeur Turcot à Montréal.

Il s'agit du plus important contrat de l'histoire de cette l'entreprise spécialisée dans la fabrication et l'installation de charpentes métalliques.

Son président Jean-François Blouin se réjouit de cette annonce qui donnera du travail pour des années à l'usine de la rue de Courcelette. Il évalue que 75 pour cent du contrat sera réalisé à Sherbrooke. Malheureusement, il ne peut dévoiler le montant du mandat qui prévoit la livraison de 16 000 tonnes métriques d'acier.

«L'usine de Sherbrooke a le gabarit pour la réalisation d'un pareil contrat, dit-il. C'est un contrat qui s'y prête bien. Il faut construire une cinquantaine de structures avec des poutres d'acier longues entre 120 et 150 pieds qui pèsent 75 tonnes chacune.»

«Ce sont de grosses pièces. Le contrat donnera du travail pour de deux à trois ans. Dison que ça rend la situation assez confortable quand tu peux assurer du travail pour des années comme ça.»

M. Blouin en profite pour souligner que l'entreprise cherchait et cherche toujours du nouveau personnel. «Nous prendrions 15 employés de plus. Nous avons actuellement 135 employés et nous aimerions atteindre 150 employés», calcule-t-il.

«Ce n'est pas simple de recruter du personnel. Nous cherchons des assembleurs et des soudeurs. Ce n'est pas facile de trouver des travailleurs spécialisés. Nous pouvons les former, mais il y a des limites.»

«Nous serions fous de ne pas s'est servir. Ça fait partie de notre stratégie.»


La construction de l'échangeur Turcot, l'un des plus importants chantiers au Québec en ce moment, est une affaire de 3,7 milliards $. Le gigantesque projet est piloté par les firmes Construction Kiewit et Parsons du Canada, avec la participation des firmes WSP Canada et Holcim Canada, sous le chapeau du consortium KPH Turcot.

Pour ce projet, Supermétal fabriquera une cinquantaine de ponts en acier. L'entreprise compte en tout 650 employés dans des usines situées à Lévis, en Alberta et en Caroline du Sud, en plus de celle de Sherbrooke.

Le projet est spécial pour sa complexité, ajoute le PDG. On doit déplacer d'imposantes structures vers le chantier et composer avec la circulation, car l'échangeur demeure en fonction, fait-il remarquer.

On procédera à des investissements à Sherbrooke afin d'acquérir de l'équipement spécialisé. On devra réaliser le projet Turcot en même temps que d'autres contrats déjà signés et ceux à venir.

Nul doute que la participation de Supermétal au chantier montréalais servira à décrocher d'autres contrats à venir. «Nous serions fous de ne pas s'est servir, souligne Jean-François Blouin. Ça fait partie de notre stratégie.»

Justement, ce dernier est bien fier de la participation de Supermétal à la construction de la Maison Manuvie à Montréal. Il s'agit d'une structure métallique qui cohabitera avec le béton, une manière de faire qui semble vouloir revenir à la mode pour un tel chantier. 

Une structure de béton composera la partie centrale de l'immeuble à laquelle viendront s'attacher les planchers fabriqués en acier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer