Viandes Laroche : première démarche de reclassement

Quarante-cinq employés étaient présents à la rencontre d'information.... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Quarante-cinq employés étaient présents à la rencontre d'information.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Même si le coeur n'y était pas mais puisque la situation l'obligeait, les ex-travailleurs de Viandes Laroche avaient rendez-vous lundi à une première rencontre du comité d'aide au reclassement. Quarante-cinq individus de la centaine d'employés étaient présents à la rencontre d'information convoquée par Jocelyne Primeau, de Concerto Consultation et formation sur mesure inc., présidente du comité.

« Mon équipe sera là pour soutenir les employés dans cette période d'insécurité pas toujours facile à vivre. Le mandat, qui nous est donné par Emploi-Québec, est de faire une bonne évaluation des besoins de chacun des individus, de leur offrir des outils pour faciliter leur démarche de recherche d'emploi ainsi que de proposer des activités qui répondront aux besoins particuliers des membres inscrits au comité. Plus de gens s'inscriront aux activités du comité, plus nous aurons la possibilité d'offrir des activités répondant aux besoins des personnes, » a-t-elle expliqué.

Un représentant de Services Canada était également sur place pour faire part aux employés présents des services offerts par le Ministère fédéral particulièrement celui relatif à l'assurance-emploi, tandis qu'un représentant d'Emploi-Québec a exposé les services du gouvernement provincial incitant les gens à s'inscrire aux activités. Plus de 30 personnes se sont inscrites sur le champ, certains préférant attendre quelques jours pour connaître un peu plus ce que réserve l'avenir à l'entreprise Viandes Laroche.  « Nous souhaitons tous que l'entreprise reprenne son envol, mais comme nous ne savons pas combien de temps prendra la relance et combien d'employés seront alors sollicités, vaut mieux être en action et se préparer un plan B. Le dossier des employés sera alors ouvert et ils auront réfléchi aux alternatives possibles. Nous savons qu'actuellement le marché de l'emploi est bon, le taux de chômage est bas, » a tenu à préciser Mme Primeau. Depuis la fermeture, soit il y a deux semaines, 17 employés ont confirmé avoir trouvé un nouvel emploi. Par ailleurs, des entrevues débuteront ce mercredi, des demandes d'emploi ayant été faites au comité par les employeurs à la recherche d'une main-d'oeuvre qualifiée. La grande majorité des travailleurs affectés par la fermeture de l'entreprise garde l'espoir de la reprise prochaine des activités de cet abattoir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer