Passionata, la pomme qui ne goûte pas la pomme

Officiellement brevetée en septembre dernier, la Passionata est... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Officiellement brevetée en septembre dernier, la Passionata est prête à cueillir et à croquer au Verger Le Gros Pierre de Compton, un des huit vergers produisant ce fruit exclusivement québécois. Ci-contre, le pomiculteur Gaétan Gilbert, copropriétaire du Gros Pierre.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COMPTON) Après Rosinette lancé l'an dernier, c'est au tour de la Passionata de prendre sa place sous le feu des projecteurs, une pomme parfumée et croyante aux saveurs rappelant le raisin muscat et le fruit de la passion. Produit unique du terroir québécois, elle est issue du travail acharné de «La Pomme de demain», un regroupement de producteurs québécois et de spécialistes du domaine de la pomiculture.

Au Québec, on la retrouve dans seulement huit vergers, dont celui du Verger Le Gros Pierre à Compton. Privilège unique, il est le seul verger offrant l'autocueillette de cette nouvelle variété, d'autant plus que la saison 2015 a été très généreuse. «L'intérêt de développer de nouvelles variétés est de faire découvrir des saveurs qui n'existent pas, quelque chose de 100 % québécois, explique Gaétan Gilbert, copropriétaire du Gros Pierre. Avec la Passionata on est complètement ailleurs.»

L'histoire de la Passionata remonte à 1993 à partir d'un croisement entre NJ75, une pomme jaune peu acide d'un hybride du New Jersey, et un arbre inconnu qui semble posséder les caractères de la Golden Russet. Les pépins issus de cette hybridation sont récoltés et semés. Par la suite les plants sont soumis deux sélections rigoureuses afin de ne retenir que les perles rares. Il faut toutefois attendre jusqu'en 2008 avant de mordre dans le fruit. La Q-370, nom temporaire, se classe alors grande première sur dix variétés dégustées à l'aveugle. En 2013 un nom commercial lui est attribué, la Passionata, et elle est officiellement brevetée en septembre.

Le fruit jaune, légèrement orangé sur la face ensoleillée vient à maturité autour du 15 octobre. La Passionata est donc prête à croquer et à déguster, mais plus encore à surprendre les papilles !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer