Chaîne humaine pour Viandes Laroche

Quelques centaines de personnes ont  témoigné par une... (Photo La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

Quelques centaines de personnes ont  témoigné par une chaîne humaine leur solidarité et leur soutien à l'entreprise Les Viandes Laroche, samedi.

Photo La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Un mouvement de solidarité s'est animé samedi devant les locaux de l'entreprise Les Viandes Laroche. Quelques centaines de personnes ont témoigné de par une chaîne humaine, leur solidarité, leur soutien à la direction de Viandes Laroche et à ses employés. Ils ont ainsi également affirmé leur volonté qu'une solution soit trouvée pour aider la reprise des activités à l'abattoir. La population d'Asbestos a lancé à la fois un message d'espoir et d'inquiétude.

« Le président de cette entreprise, Claude Laroche, est un bon employeur, nous lui devons bien cet appui. Cette fermeture nous touche directement à titre d'employés, mais c'est tout le milieu d'Asbestos qui est touché, nos familles, nos commerces et les clients de Viandes Laroche qui pouvaient compter sur des produits de qualité. On ne peut laisser cet abattoir disparaître. C'est une usine moderne, le seul gros abattoir restant au Québec pour les bovins. Nous gardons l'espoir d'un revirement de situation », a affirmé Dominic Maheu, l'instigateur de cette initiative citoyenne, un résidant d'Asbestos et employé de Viandes Laroche.

La députée de Richmond, Karine Vallières, présente à cette manifestation abondait dans le même sens. « L'entreprise Les Viandes Laroche est un citoyen corporatif exemplaire. Monsieur Claude Laroche est un grand homme qui a toujours su rebondir et qui a voué un respect sans borne à ses employés et à son milieu. C'est un drame humain qui se vit dans notre milieu. Par cette vague de solidarité, ce cri du coeur, nous disons merci aux dirigeants et aux employés et envoyons un message fort pour tous les autres partenaires impliqués dans la recherche de solutions », a commenté la députée du comté.

Madame Vallières désire dans les plus brefs délais, mettre en contact à la fois la direction de l'entreprise, d'éventuels acquéreurs et les personnes susceptibles d'apporter des solutions en vue de la relance de cet abattoir, ce avec les bonnes personnes dans divers paliers d'intervention gouvernementale. « Le milieu peut compter sur un appui inconditionnel de ma part dans ce dossier. Nous avons chez nous la capacité et le savoir pour la relance de cet abattoir et la poursuite des activités de cette industrie alimentaire ».

Également présent lors de cette mobilisation citoyenne, le président du Fonds de diversification économique de la région d'Asbestos, François Gouin, a confirmé que selon le décret du gouvernement du Québec fixant les critères relatifs à l'obtention d'une aide financière dans le cadre de l'enveloppe de 50 M$ consenti pour la relance et la diversification économique du milieu suite à la disparition de l'industrie de l'amiante, ne pouvait à moins d'une modification de ce décret, être utilisé pour le sauvetage de l'entreprise actuelle. « Nous pouvons aider le démarrage d'entreprises, le développement d'entreprises en place. »

Commentant à son tour le dossier, monsieur Gouin s'est dit heureux de cette mobilisation du milieu. « À la base, il faut reconnaître que le prix de la viande de boeuf est trop haut. Une menace américaine plane dans ce marché. La productivité de Viandes Laroche n'est nullement en cause. Il faut poursuivre le développement de la marque VSC (Viandes sélectionnées des Cantons), un créneau unique au Canada. C'est là dessus qu'il nous faut travailler », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer