30 000 abeilles sur le campus de l'UdeS

« Pour l'instant, la récolte de miel commence... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Pour l'instant, la récolte de miel commence tranquillement... Comme la ruche est nouvelle de cette année, on prévoit que la récolte ne sera pas très importante. » La période de récolte du miel s'étend entre juin et septembre, selon M. Bonnefon.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Depuis la mi-juillet, environ 30 000 abeilles ont élu domicile sur le campus de l'Université de Sherbrooke. Les fabricantes de miel ne sont pas arrivées là par hasard : leur colocation avec la communauté universitaire est plutôt l'oeuvre de Ruche Campus, un groupe composé principalement d'étudiants en écologie. Alors que le déclin des abeilles suscite des préoccupations grandissantes, le groupe caresse plusieurs objectifs, dont celui de faire connaître l'importance du rôle qu'ont les abeilles dans ce qui se retrouve dans notre assiette.

« Un des premiers objectifs, c'est d'expliquer l'importance des pollinisateurs au public », indique Ariane Paquin, étudiante à la maîtrise en environnement et coordonnatrice adjointe de Ruche Campus. Le tiers de ce que l'on consomme provient de la pollinisation des abeilles. Ça donne une idée de leur importance! »

La proportion de leur contribution dans notre alimentation varie selon différentes statistiques, note Yoann Bonnefon, président fondateur d'Enzymes Miel, une entreprise sherbrookoise. C'est avec l'aide de cet entrepreneur, qui se décrit comme l'un des pionniers en apiculture urbaine à Montréal, que Ruche Campus a pu démarrer ses activités. Différents groupes d'étudiants avaient tenté d'implanter une ruche sur le campus, en vain. Cette fois-ci, le projet a franchi plusieurs étapes avant d'être lancé officiellement.

Pesticides

Différents facteurs sont évoqués pour expliquer la disparition de colonies d'abeilles, dont l'utilisation des néonicotinoïdes, qui s'attaquent entre autres à leur système nerveux. Aucun insecticide n'est utilisé sur le campus de l'UdeS, précise l'étudiante. La ruche a été installée au parc Innovation, près du chemin Sainte-Catherine.

Les membres du comité ont eu une formation en apiculture afin de s'occuper des abeilles; ils veillent notamment à ce que les abeilles n'aient pas de parasites.

« Pour l'instant, la récolte de miel commence tranquillement... Comme la ruche est nouvelle de cette année, on prévoit que la récolte ne sera pas très importante. » La période de récolte du miel s'étend entre juin et septembre, selon M. Bonnefon. Le miel doit rester entre les mains du groupe; il n'est pas prévu d'en vendre pour le moment.

Comment Ariane décrirait-elle la première manipulation qu'elle a faite? « C'est vraiment impressionnant. En même temps, c'est vraiment impressionnant de voir les abeilles travailler. » Elle l'avoue : au départ, elle avait « une phobie » de se faire piquer. « Les fois où j'y suis allée, j'ai été impressionnée par leur calme. Elles ne sont pas agressives. »

Les étudiants louent une ruche de M. Bonnefon, qui de son côté donne un coup de main aux étudiants.

À long terme, des projets de recherche pourraient être mis de l'avant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer