Le Camp Val-Estrie annonce des investissements de 1M$

Après 28 ans d'existence, le Camp Val-Estrie promet de se réinventer et annonce... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterville) Après 28 ans d'existence, le Camp Val-Estrie promet de se réinventer et annonce du même souffle des investissements de 1M$ au cours des prochaines années.

Josianne Arès... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Josianne Arès

Imacom, René Marquis

Environ 75 pour cent de ce montant sera investi dans les infrastructures et les équipements alors que les autres 25 pour cent seront destinés au développement de nouveaux programmes d'activités socio-éducatives et au renouvellement de la stratégie de communication de l'organisme à but non lucratif.

«Depuis la création du camp, plusieurs choses ont changé dans notre société: l'intérêt pour le plein air, les enfants, notre façon d'organiser nos vacances. Il était donc impératif de s'adapter», a révélé, hier, le président du camp de Waterville, Guillaume Brien, qui fait partie de la nouvelle administration en place depuis un an et demi.

«Le jeu, la nature et la magie font partie des grandes orientations établies pour l'entreprise d'économie sociale», ajoute celui qui a eu, il y a 25 ans, le Camp Val-Estrie pour premier employeur.

Aujourd'hui, une dizaine d'employés compose l'équipe permanente du Camp Val-Estrie qui embauche jusqu'à 120 travailleurs en haute saison.

«On désire exploiter le plein potentiel du site enchanteur de 400 acres que nous avons entre les mains. Actuellement, notre site est surtout utilisé l'été. On veut maintenant que l'ensemble des lits disponibles soit plein à longueur d'année. On veut également s'ouvrir sur notre communauté, innover et rayonner à travers le Québec, le Canada et le monde, pourquoi pas!» a lancé la directrice générale, Josianne Arès.

En 2015, déjà près de 200 000$ de travaux ont été réalisés notamment pour refaire la toiture, vieille de 42 ans, remplacer les 200 lits et matelas du centre d'hébergement, optimiser le système de sécurité incendie et remplacer portes et fenêtres.

«On a des projets de jardins, qui sont déjà commencés, des projets de sentiers aménagés et on souhaite aussi améliorer nos 35 plateaux d'activités, des plateaux tels que notre tour d'escalade, nos glissades d'eau, la patinoire», explique la directrice générale, précisant que des plateaux d'activités seront aussi ajoutés.

Le Camp Val-Estrie reçoit environ 30 000 enfants annuellement, dont 12 000 qui visitent le site dans le cadre de sorties scolaires.

«On renouvellera notre offre de programmes pour les enfants, relate Mme Arès ajoutant que les volets art et cirque, science et astronomie et mini-ferme ont déjà pris forme ou été bonifiés. Et on veut également élargir notre clientèle, notamment en misant sur les adultes, les enfants différents, les entreprises et les familles.»

La vente du camp de Portneuf, en mars, fait partie de la réorganisation de l'organisation.

La réinvention du camp watervillois est possible grâce à la Caisse d'économie solidaire, principal partenaire financier de la relance du Camp Val-Estrie, le gouvernement du Québec, le Réseau d'investissement social du Québec et la MRC de Coaticook. Des représentants de tous les partenaires financiers ont exprimé, hier, leur attachement pour l'établissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer