Le café béni de Scotstown

Difficile de manquer l'église à l'entrée du village de Scotstown. Peinte en... (PHOTO LA TRIBUNE, CHRISTINE BUREAU)

Agrandir

PHOTO LA TRIBUNE, CHRISTINE BUREAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Scotstown) Difficile de manquer l'église à l'entrée du village de Scotstown. Peinte en jaune, mauve et rouge, elle attire l'oeil, et depuis qu'un café villageois y a ouvert ses portes, les passants ont une raison de plus de s'y arrêter.

C'est tout le village de Scotstown qui est derrière l'ouverture du Sain Café. Une vingtaine de bénévoles se sont séparé les tâches du vendredi au dimanche. L'un s'occupe d'arroser les fleurs, l'autre fait le service aux tables pendant qu'un troisième prépare les cafés, quiches et autres gourmandises qu'on y sert. Même la mairesse de Scotstown, Chantal Ouellet, met la main à la pâte.

« Ce qu'on veut faire, c'est de prouver qu'un café de village aurait sa place à Scotstown. On fait une étude de marché cet été. Le café a ouvert le 26 juin et le restera jusqu'au 12 octobre », raconte-t-elle. En attendant, le Sain Café a pu démarrer grâce aux micro-prêts de la population, dont la générosité a atteint près de 5000 $. Le Centre local de développement du Haut-Saint-François y a aussi contribué à la même hauteur. « On a essayé de créer une coopérative, mais c'est complexe. Ce n'est pas tout le monde qui voulait embarquer là-dedans », fait remarquer Mme Ouellet.

L'espoir

Même s'il est trop tôt pour garantir la rentabilité du café, la mairesse note un réel enthousiasme. « Le monde n'en revient pas de ce qui a été fait avec l'église. Il y a un couple de Laval qui a arrêté et qui me racontait ne jamais avoir vu des couleurs comme ça, associées de cette façon. Ils trippaient sur le bâtiment, alors j'en ai profité pour leur faire un petit cours d'histoire de la municipalité », sourit-elle.

Finalement, le couple de Laval est reparti avec des produits du terroir et de l'artisanat, aussi vendus au Sain Café. Du côté restaurant aussi, les produits sont le plus locaux possible. Par exemple, les charcuteries viennent de Scotstown, tandis que le café a été torréfié à Lac-Mégantic. Sur la terrasse, deux cyclistes en visite l'ont d'ailleurs trouvé si bon qu'ils ont donné à Chantal Ouellet « ses cartes de barista ».

La barista-mairesse souhaite qu'ils soient plusieurs à être du même avis. « Si le café est rentable, c'est un bon argument de vente pour un acheteur », fait-elle valoir. En attendant, l'église est toujours la propriété de Luc Carey et Johanne Paquette, les maîtres d'oeuvre derrière les rénovations de l'ancienne église. L'hiver dernier, ils ont changé l'endroit en résidence touristique, accueillant les touristes pour un sommeil digne des dieux. Qui sait ce que réserve l'hiver à la jolie église de Scotstown?

Le Sain Café est ouvert le vendredi, samedi et dimanche entre 11 h et 19 h. Le samedi, le café ferme à 22 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer