Les petits fruits en émergence

Stéphane Lanctôt... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Stéphane Lanctôt

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Camerise, amélanche, cerise griotte, argousier, sureau, aronia, chicoutai et cassis, des noms peu familiers qui au cours de la dernière décennie font peu à peu leur apparition dans nos campagnes québécoises. Des petits fruits dits en émergence ou marginaux, dont plusieurs se trouvent ici même dans la Vallée de la Coaticook.

«Les consommateurs se soucient de plus en plus de leur santé et plusieurs de ces fruits présentent des valeurs nutritives et nutraceutiques très intéressantes, explique Caroline Turcotte, agronome et conseillère en horticulture fruitière au MAPAQ Estrie. La plus prometteuse est sans doute la camerise, notamment en raison de la présence d'un gros acheteur au Lac-Saint-Jean, mais il n'y a pas de cultures miracles. Elles présentent toutes des avantages et des défis à relever, tant au niveau de la production que de la récolte et de la mise en marché.»

Quant à ceux qui optent pour la transformation, ils doivent se préparer à relever d'autres défis, notamment en raison des investissements importants que cela requiert. Une avenue qu'ont choisi d'emprunter Pauline Samson, Daniel Beaudoin et leur fils Steve, propriétaires des Délices de Compton, une ferme biologique certifiée Québec Vrai.

Née en 2011 de la passion de trois générations d'agriculteurs, la ferme regorge d'arbres fruitiers et de petits fruits de toutes sortes, dont la cerise griotte, la camerise et l'amélanche. Les petits fruits sont vendus à la ferme, ainsi que dans plusieurs points de vente en région, sous forme de jus, coulis, tartinades, en sirop léger, fruits congelés et tartes aux fruits.

Bien que l'entreprise n'offre pas l'autocueillette pour la saison 2015, on aura le plaisir de trouver ses produits au Marché de soir de Compton tous les jeudis de 16h à 18h30, et ce, jusqu'au 17 septembre. Pour plus d'information concernant les heures d'ouverture à la ferme, on peut consulter leur page Web sur www.produitsdelaferme.com.

Cerise, etc.

Par ailleurs, l'autocueillette de la cerise battra son plein dès la mi-juillet à la Bleuetière l'Or Bleu sur la route143 à Stanstead-Est, des variétés arbustives aux fruits semi-sucrés.

«En diversifiant nos cultures, nous souhaitions ajouter de nouvelles variétés à notre offre de bleuets et de framboises, explique Stéphane Lanctôt, copropriétaire de l'entreprise. Les clients aiment essayer de nouveaux produits, c'est pourquoi nous avons aussi introduit les framboises noires et pourpres.» Le défi avoué de l'entreprise étant de créer l'offre en même temps que la demande, puisque les fruits marginaux sont par définition peu connus du grand public.

On y trouve aussi des amélanches en petite quantité, des groseilles et des gadelles rouges et blanches, ainsi que des légumes et des fleurs en vente au kiosque. On peut s'ailleurs s'inscrire en ligne pour obtenir des mises à jour périodiques sur les récoltes à www.bleuetorbleu.com.

La fin de l'été marquera elle aussi l'apparition d'autres cultures fruitières encore peu connues, les fraises et les framboises d'automne qui, jusqu'à la mi-octobre, insufflent un dernier goût d'un été toujours trop court. Ces variétés tardives sont cultivées et vendues en kiosque à la Ferme Donabelle à Compton. Pour connaître les producteurs de fraises et framboises d'automne, on peut consulter le site Les Fraîches du Québec à www.fraisesetframboisesduquebec.com. Que ce soit pour l'autocueillette ou une visite à la ferme, enfin, il convient de vérifier la disponibilité des fruits et les heures d'ouverture avant de se déplacer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer