Des prêts en dernier recours

Le président de la Caisse Desjardins des Bois-Francs,... (Photo fournie)

Agrandir

Le président de la Caisse Desjardins des Bois-Francs, Denis Desrochers, la coordonnatrice de la cellule de mentorat de la CDEVR, Julie Laroche, ainsi que les entrepreneurs Jean Lambert et Marc-André Gagnon, ont dévoilé les modalités du programme qui devrait permettre un meilleur démarrage pour les jeunes entreprises.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) La Caisse Desjardins des Bois-Francs et 13 investisseurs privés de la région ont créé un fonds monétaire de 300 000 $ afin d'offrir aux entrepreneurs ayant épuisé toutes les sources de financement conventionnel, un prêt à court terme qui lui permettra de consolider ses acquis et de poursuivre ses activités.

On a appelé l'organisme responsable de l'analyse des dossiers et de l'octroi du financement Prêt d'honneur Victoriaville. Cet organisme pourra consentir des prêts pour une somme maximale de 15 000 $ par projet. On estime que cette mesure servira notamment aux jeunes entreprises afin de leur assurer la bonne marche de leurs affaires.

« Le financement constitue une étape cruciale dans le développement d'une entreprise au cours des premières années d'activité. À notre contribution s'ajoute toute une équipe de spécialistes de Desjardins entreprises qui oeuvrera aux côtés des entrepreneurs afin de leur fournir les renseignements nécessaires à la réussite de leur projet », précise Denis Desrochers, président du conseil d'administration.

Le nouvel organisme sera complètement autonome et n'aura pour frais d'administration que ceux conformes aux obligations légales. C'est la coordonnatrice à la cellule de mentorat de la Corporation de développement économique, Julie Laroche, qui assurera la permanence. Elle sera appuyée d'un conseil d'administration composé de cinq administrateurs bénévoles, soit : Nicole Desharnais, Johanne Therrien, Daniel Mercier, Marc-André Gagnon et Serge Bourgeois. Une commission de crédit, formée de trois membres choisis par le conseil, est également mise en place afin d'évaluer les demandes. On espère être en mesure de répondre aux demandes selon un échéancier de cinq jours ouvrables.

Afin d'être admissible à ce fonds, l'entrepreneur devra aussi répondre à certaines obligations, notamment celle d'avoir le droit de bénéficier du service de mentorat ou encore, celle d'être accompagné d'un mentor reconnu par la cellule de mentorat, ainsi que de suivre les formations recommandées par son mentor.

Les conditions se rattachant au prêt sont modulées en fonction de la situation financière de l'entreprise. Par exemple, une entreprise saisonnière n'aura pas les mêmes revenus sur une période de 12 mois consécutifs, ses modalités de remboursement pourront donc s'échelonner différemment. Par contre, toutes les entreprises pourront bénéficier du prêt sur une période maximale de deux ans et une garantie personnelle de l'emprunteur sera exigée.

ypoisson@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer