Camso transfère 85 emplois vers Magog

Camso a construit un bâtiment neuf à Magog... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

Camso a construit un bâtiment neuf à Magog pour accueillir de nouveaux employés dans cette ville. On aperçoit ici Pierre Marcouiller, président du conseil et chef de la direction de l'entreprise, Donald O'Hara, coordonnateur du développement industriel pour la Ville de Magog, la mairesse Vicki May Hamm, ainsi que Pierre Reid, député d'Orford.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) En croissance rapide depuis quelques années, l'entreprise Camoplast Solideal annonce le transfert vers Magog des 85 employés qu'elle comptait à Sherbrooke. Les personnes concernées travailleront dans un bâtiment tout neuf situé dans le parc industriel de Magog.

Rebaptisée Camso, la multinationale employait jusqu'à récemment quelque 215 personnes à Magog. Le nombre de ses employés dans cette municipalité atteint maintenant 300.

« C'est un enracinement à Magog qui s'effectue, souligne Benoît Bessette, vice-président du marketing et des communications de Camso. Notre centre canadien de recherche et développement était déjà ici. En plus, on a une piste d'essai pour nos produits dans cette ville. »

Aujourd'hui, en plus d'une vaste équipe de recherche, on retrouve en sol magogois le centre d'opération mondiale de la compagnie. L'ensemble du personnel oeuvre dans deux bâtiments voisins, reliés par une passerelle.

Pour la mairesse Vicki May Hamm, l'ajout de ces 85 emplois à Magog constitue une excellente nouvelle. « Je suis heureuse de cette annonce. Camso est un leader mondial dans son domaine. Son nouveau bâtiment est superbe », note-t-elle.

La mairesse ajoute que sa municipalité se servira de Camso dans sa « stratégie d'attraction. On peut citer cette entreprise en exemple. On doit être fier d'avoir ça chez nous ».

Déception à Sherbrooke

À Sherbrooke, la nouvelle de ce transfert d'employés est évidemment accueillie avec une certaine déception. « On est toujours déçu de perdre des emplois de qualité », reconnaît Marie-Ève Poliquin, directrice des communications chez Sherbrooke Innopole.

Mme Poliquin indique que Sherbrooke Innopole est intervenue pour inciter Camso à ne pas procéder au transfert des 85 employés touchés. « On suivait la situation de près. On aurait préféré une autre décision, mais c'est un choix d'affaires de l'entreprise. Notre travail, c'est d'aider et d'être à l'affût des opportunités », explique-t-elle.

La directrice des communications de Sherbrooke Innopole souligne toutefois que le transfert de ces emplois vers Magog est un moindre mal puisque cette municipalité est voisine de Sherbrooke. « Les gens vont, dans bien des cas, demeurer des citoyens de notre ville. Et, régionalement, ce n'est pas une mauvaise nouvelle. »

Nouveau nom

Par ailleurs, les dirigeants de Camoplast Solideal ont décidé de changer le nom de leur entreprise pour des raisons à la fois pratiques et symboliques. « C'est un symbole parce qu'on a formé une seule grande équipe à partir de deux entreprise durant les dernières années. D'une certaine façon, ça souligne notre succès », fait valoir Benoît Bessette.

Le chiffre d'affaires de la multinationale, un fabricant de pneus et de chenilles pour véhicule hors route, dépasse le milliard de dollars. L'entreprise compte environ 7500 employés répartis dans un total 27 pays à travers le monde.

La recette de l'entreprise pour connaître autant de succès : la spécialisation. « On a décidé de se concentrer sur le caoutchouc et d'aller vers des marchés à valeur ajoutée. On est le deuxième joueur spécialisé au monde dans notre créneau. »

Des observateurs prévoient que la multinationale sera éventuellement cotée en bourse. Mais Benoît Bessette assure que cela ne fait pas partie des projets de Camso à l'heure actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer