Vente d'Archambault: statu quo pour les 47 employés

Pour le moment, c'est le statu quo pour les 47 employés du magasin Archambault... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour le moment, c'est le statu quo pour les 47 employés du magasin Archambault de Sherbrooke.

Québecor a annoncé, mardi matin, qu'elle avait conclu une entente avec les librairies Renaud-Bray pour se départir du Groupe Archambault. La vente inclut les 14 magasins Archambault à travers la province, le portail Web du groupe ainsi que la librairie de langue anglaise Paragraphe.

Avant d'être officielle, cette transaction majeure doit être approuvée par le Bureau de la concurrence.

« Québecor assure la gestion des activités des magasins jusqu'à ce que la transaction soit approuvée par le Bureau de la concurrence, c'est donc la continuité pour le moment pour l'ensemble des employés des magasins », a commenté Martin Tremblay, vice-président, Affaires publiques, Québecor Média.

Les employés du magasin Archambault de Sherbrooke, comme ceux des 13 autres magasins, ont été rencontrés, mardi matin, peu de temps avant que la transaction soit dévoilée dans les médias. « Nous avons été courtois tout en respectant les règlements concernant la diffusion publique d'une telle transaction. En tant que société cotée en bourse, nous avons des obligations de ce côté », précise M. Tremblay.

Pour ce qui est du message transmis aux employés, il était simple. « Nous les avons remerciés pour leur excellent travail et les avons informés que Québecor continuait à gérer les magasins jusqu'à la conclusion de la transaction », résume le vice-président chez Québecor Média.

Pour ce qui est de la suite des choses, les employés peuvent se rassurer dans cette phrase extraite du communiqué de presse de l'acheteur : « À l'issue de cette transaction, Renaud-Bray entend maintenir la bannière Archambault comme entité distincte. » Reste à voir si l'ensemble des magasins et des emplois seront conservés.

«Québecor restera très impliquée dans la culture, mais délaisse la vente au détail.»


La transaction, dont le montant n'a pas été dévoilé, n'est pas encore officielle puisqu'elle doit passer sous la loupe du Bureau de la concurrence. Le délai estimé pour l'étude d'une telle transaction par le Bureau de la concurrence est de quatre à six mois.

« Québecor restera très impliquée dans la culture, mais délaisse la vente au détail. Nous miserons sur des marchés plus stratégiques pour nous et nous nous réjouissons qu'un grand joueur comme Renaud-Bray en fasse sa mission », de dire M. Tremblay.

Contexte et historique

« Par cette acquisition, nous sommes fiers non seulement de préserver la pérennité de l'entreprise et son contrôle par des intérêts québécois, mais aussi de pouvoir assurer une plus grande vitalité à notre secteur d'activité et, par le fait même, à l'ensemble de la chaîne du livre », a déclaré par communiqué le président de Renaud-Bray, Blaise Renaud.

« Dans le contexte économique difficile qui prévaut actuellement et qui a touché durement plusieurs détaillants québécois, Renaud-Bray et Archambault ont eux aussi l'obligation de s'adapter et de se renouveler pour faire face à l'avenir », a-t-il précisé.

« Fondée il y a près de 120 ans, Archambault s'est d'abord imposée comme un leader dans le domaine de la musique et du cinéma, puis a étendu son offre de produits de divertissement aux livres. Archambault est aujourd'hui une bannière reconnue qui figure parmi les entreprises les plus admirées des Québécois. De son côté, Renaud-Bray est un joueur de premier plan dans la promotion et la diffusion de la culture; c'est le plus grand réseau de librairies francophones en Amérique du Nord. Les deux entreprises partagent de nombreuses valeurs communes et privilégient une approche axée sur le client », a révélé M. Renaud.

Fondée en 1965, Renaud-Bray compte 30 librairies sous la bannière Renaud-Bray, une boutique virtuelle - renaud-bray.com - et un entrepôt Web permettant de gérer efficacement les milliers de commandes en ligne reçues quotidiennement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer