26 % des diplômés de l'UdeS restent en région

L'Estrie est la région où travaille le plus grand nombre de diplômés de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) L'Estrie est la région où travaille le plus grand nombre de diplômés de l'Université de Sherbrooke. Quelque 26 % de ces nouveaux travailleurs occupent un emploi dans la région alors que l'effectif étudiant de l'UdeS compte environ 15 % d'Estriens.

La région de Montréal suit de près avec 25 % des diplômés de l'UdeS qui y travaillent et la Montérégie avec 18 %.

Voilà l'une des statistiques mises en lumière par l'enquête Relance 2014, menée auprès des diplômées et diplômés de l'année 2012 de l'Université de Sherbrooke.

« Cet outil d'information vital apporte un grand soutien aux démarches d'orientation de nos étudiantes et étudiants, explique la vice-rectrice aux études, la professeure Lucie Laflamme. L'enquête permet notamment d'évaluer comment les diplômés se placent sur le marché du travail, après combien de temps ils ou elles se trouvent un emploi, quelles sont les études supérieures entreprises et dans quelles régions ils résident deux ans après l'obtention de ce diplôme. »

Relance 2014 révèle que deux ans après leur diplomation, 83,5 % des titulaires d'un baccalauréat avaient un emploi à temps plein, dans une proportion de 94 % en rapport avec leur formation. De plus, en cumulant les emplois à temps partiel et à temps plein, la proportion de bacheliers ayant un travail atteint 94 %. Chez les titulaires d'une maîtrise, 90 % des répondants avaient un emploi à temps plein et 85 % d'entre eux travaillaient dans leur domaine d'études.

Les salaires des bacheliers sont également plus élevés que ceux obtenus lors de la précédente enquête. En 2014, 57 % des répondants ont reçu un salaire de 45 000 $ et plus par année comparativement à 46 % en 2012.

D'autre part, les femmes composent la majorité des cohortes de diplômés aux 1er et 2e cycles, soit 56 %.

Le Service de psychologie et d'orientation mène l'enquête Relance bisannuellement depuis 1987, entre autres pour pouvoir renseigner les étudiantes et étudiants sur le marché du travail dans leurs programmes d'études respectifs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer