Groupe Épicia: une proposition qui se laisse attendre

Le Groupe Épicia a jusqu'au 24 avril pour faire une proposition à ses... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Groupe Épicia a jusqu'au 24 avril pour faire une proposition à ses créanciers et ainsi éviter la faillite.

Le Groupe Épicia avait dû se placer sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité le 12 janvier dernier. Le Groupe devait faire une proposition à ses créanciers dans les trente jours suivant cette date, mais deux requêtes en prorogation de délai en vue de déposer une proposition ont depuis été faites et acceptées devant la Cour supérieure portant l'ultimatum au 24 avril.

Le Groupe Épicia avait une dette totalisant 23 M $ lorsqu'il s'est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Le créancier le plus important est la Banque Nationale avec un solde de plus de 10,4 M $. Les employés font aussi partie des créanciers majeurs avec des paies de vacances en souffrance de 851 433 $ et des indemnités de départ de 1,4 M $ à payer.

En janvier, le Groupe Épicia annonçait la fermeture de 14 magasins dont 11 succursales Le Jardin Mobile en plus des fermetures de trois succursales Le Marché Végétarien, soit celui de Drummondville, de Victoriaville et une des deux succursales de Trois-Rivières. Quelque 400 employés à travers la province ont été touchés par ces mesures de rationalisation, soit près de la moitié des 900 emplois que le Groupe générait avant la restructuration.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer