St-Denis: un projet d'auberge refait surface

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) L'homme d'affaires Christian Couture projette de construire une auberge et des chalets à Saint-Denis-de-Brompton pour offrir de l'hébergement touristique de courte durée.

Le site visé est un terrain de 40 acres dont il est propriétaire sur la route 222, à l'intersection de la Côte de l'Artiste, à moins d'un kilomètre de sa Brasserie Lac Brompton qu'il exploite depuis 17 ans.

Dans une première phase, M. Couture envisage la construction de 20 chambres et de 10 chalets, mais à terme, dans une dizaine d'années peut-être selon la réponse du marché, son entreprise pourrait compter 40 chambres et 40 chalets, pour des investissements évalués entre 15 et 18 millions $.

«Chaque semaine, à la brasserie, des clients me demandent où ils pourraient dormir dans le coin et on n'a rien à leur offrir», relate-t-il, en imaginant que la brasserie et l'auberge pourraient être relié par un service de navettes.

De fait, selon le Plan stratégique de développement touristique 2014-2020 du CLD du Val-Saint-François, l'offre d'hébergement est déficiente sur ce territoire. En 2013, on ne comptait que deux établissements hôteliers dans toute la MRC du Val-Saint-François qui inclut les régions de Windsor, Richmond et Valcourt.

Le terrain visé par M. Couture est déjà déboisé sur la moitié de sa superficie puisque le propriétaire précédent avait commencé à y aménager un terrain de golf.

Il est situé dans le voisinage immédiat du parc du Mont-Orford dans sa version agrandie, il est drainé par la rivière au Saumon - et non par le lac Brompton - et les immeubles pourraient être branchés à un réseau d'égout existant, amène-t-il en argument.

Christian Couture caresse depuis longtemps un projet d'hébergement touristique dans ce secteur. En 2004, il avait d'ailleurs obtenu des fonds du CRD de l'Estrie et de Tourisme Cantons-de-l'Est pour défrayer une étude de faisabilité. L'opposition populaire avait freiné ses élans.

Le promoteur espère maintenant qu'en changeant de site et avec l'évolution des besoins, son projet aura l'assentiment de ses concitoyens. Il espère en faire une entreprise solide qu'il pourra léguer à ceux de ses quatre enfants qui voudront prendre la relève.

«Ce qui fait rouler la brasserie, constate Christian Couture, c'est les VTT, les motoneiges, les décapotables, les gens de passage. En améliorant l'offre touristique avec de l'hébergement de qualité, on accommode cette clientèle, on aide l'industrie touristique régionale et on crée de l'emploi», ajoute-t-il, en faisant valoir que la Brasserie Lac Brompton donne préséance aux travailleurs de St-Denis et génère pas moins de 1,3 million $ en salaire chaque année.

Son projet d'auberge doit maintenant franchir l'étape d'une modification à la réglementation municipale pour permettre la vocation d'hébergement commercial sur une partie des terrains concernés où cet usage n'est pas autorisé actuellement.

Il y aura à cet effet une assemblée publique de consultation mardi soir, à 19 h, à la salle communautaire.

Par la suite, la procédure est susceptible d'être soumise à une approbation référendaire si les citoyens du secteur concerné s'y opposent.

Le conseil municipal de Saint-Denis-de-Brompton, pour sa part, «voit d'un bon oeil» le projet et a donné son appui unanime, précise le maire Jean-Luc Beauchemin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer